Quand le monde n’est plus que désolation, il faut payer le prix cher pour survivre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )

Aller en bas 
AuteurMessage
Yann Zych

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 27
Who are you : Un jeune homme à l'allure sombre.
Philosophie : Laissez moi tranquille et je ne vous ferais aucun mal.
Love : Son coeur est à prendre...Mais saurez-vous l'apprivoiser ?
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Organique de type Félin ( Capacités félines )
Maitrise des pouvoirs:
100/100  (100/100)
Agilité au Combat:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   Jeu 6 Déc - 19:48

Cela faisait maintenant plus d'un mois que New-York avait été touché par les trois bombes ennemies, qui avaient fait un nombre de morts incroyable.
Hommes, femmes, enfants, animaux et végétaux, tout avait péri au cours de cette attaque.
Mais malgré tout, il restait des survivants, et bien que la plupart étaient encore sous le choc des pertes qu'ils avaient essuyés, ce n'était pas le cas de tout le monde...
Yann, lui, n'avait personne d'autre à perdre que le couple qui l'avait adopté, qui se trouvait en parfaite sécurité à des centaines de kilomètres de là, en Allemagne.

Et à vrai dire, il avait eu de la chance : Echappant à la mort, il avait seulement reçu quelques blessures bénines, à présent cicatrisées.
Cependant, depuis ce jour funeste, il présentait d'étranges symptômes :
Sa vision était bien plus précise qu'auparavent, bien meilleure aussi, ainsi que son ouie et son odorat.
Croyant au départ que ce n'était qu'une impression, il avait fini par accepter l'évidence : ses capacités physiques s'étaient nettement améliorées, devenant surhumaines...
Le temps était gris ce soir là. Ne trouvant rien d'autre à faire que de sortir se promener, le jeune homme s'était dirigé au hasard de ses pas, pour se retrouver dans une rue encore encombrée de débris.
Et puis, la nuit était tombée, recouvrant de son manteau noir la ville qui était autrefois réputée pour ne jamais dormir.

Aujourd'hui, les rares passants s'étaient déjà enfermés chez eux, verrouillant soigneusement leurs portes, craignant sans doutes une quelconque agression...
Laissant échapper un soupir, le gothique avait poursuivit sa route, avant qu'une pluie torrencielle ne se mette à tomber, venant tremper ses longs cheveux sombres.
Indifférent, il avait seulement recouvert le bas de son visage avec son écharpe, de couleur charbon tout comme le reste de ses vêtements.
Ainsi vêtu, il faisait peur aux gens, comme souvent, ce qu'une vieille femme lui avait confirmé, en lui jettant un regard affolé par la fenêtre de son salon, comme si elle venait de voir passer le diable en personne.
Le mutant s'était de son côté contenté de poser sur elle un regard neutre, pourtant empreint d'une légère touche de tristesse....

C'était au moment ou il traversait la rue qu'il empruntait...
Lancée à toute allure, une voiture qui ne l'avait pas vu à cause des intempéries approchait à grands pas...
Sentant un étrange fourmillement dans l'ensemble de son corps, Yann avait fait volte face, pour s'apercevoir du danger qui le menaçait.


* Eh... ?! *

Tout s'était déroulé très vite : Se ramassant sur lui même sans même y penser, par pur instinct, il avait tendu ses muscles, et accompli un bond énorme, qui l'avait mit hors de danger.
Retombant sur ses pieds sur le trottoir d'en face, indemne, il s'était rapidemment éloigné, espèrant que personne ne l'avait vu faire.
Il avait déjà bien assez de problèmes d'intégration comme ca !
Une fois à l'abri des regards, il s'était adossé contre un mur, peinant à comprendre ce qui lui arrivait :
Comment diable avait-il pu faire un tel saut ??
Sa réflexion avait été interrompue par le son caractéristique de semelles sur le bitume mouillé.
Quelqu'un approchait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   Jeu 6 Déc - 21:14


    Proférant une nouvelle montagne de jurons dans sa langue maternelle, soit un italien parfaitement approximatif avec son patois sicilien, Angelo essayait tout de même de recouvrer son calme, s’évertuant à la patience, à la concession et à la compréhension. On ne pouvait guère s’y dérober, il était exceptionnellement rare qu’il perde ainsi le contrôle de ses nerfs et surtout de son éloquence, qui n’avait actuellement rien de franchement poétique, cependant, le fait était bel et bien là, accompli et prospérant à son gré. Il semblait se donner en spectacle, dans une représentation presque théâtrale si l’on y soustrayait le fait que sa situation n’avait rien de « jouer », au milieu de cette ruelle sombre, à moitié abritée des pluies torrentielles qui laissaient tout de même une eau ruisselante fouetter parfois son visage, entre noirceur abyssale et hostile, et froid pénétrant et insatiable.

    La raison de ce doux chant mélodieux dans un langage si clair et si appréciable ? Le cynisme aussi semblait avoir élu domicile en son esprit, et pourtant, c’était rarement de bon gré que son sarcasme y tendait. La situation commençait doucement à l’agacer au point que la colère le guette, étant donné le fait qu’il se soit de nouveau égaré. New York lui était réellement familière pourtant, il connaissait la ville comme sa poche, et même mieux, mais il fallait bien se résoudre à croire que la terreur, la destruction, la désolation, la souffrance et la mort avait atténué sa mémoire sinon sa capacité de survie. S’il n’avait pas été si têtu et si empêtré dans son souci de première classe, à entreprendre de sortir de cette ruelle, il aurait sans doute pu relire cette petite pancarte au dessus de sa tête, clouée dans la brique, qui laissait encore à peu près clairement entrevoir le nom de la rue.

    Le comique de la situation était justement tout là. Angelo Di Bellucci était – ou plutôt avait été – un brillant interne en chirurgie, intelligent et sensé, et désormais, il tentait par tous les moyens - et souvent avec succès on pouvait le lui accorder – de sauver le plus de vies qu’il pouvait physiquement et psychologiquement. Son don étrange mais tellement important lui apportait beaucoup, et il parvenait bien souvent à se tirer de situations dangereuses, car dès que sa vie ou celle d’autrui était en danger, il était sans doute le plus créatif des lâches téméraires, ou des protecteurs courageux. Et alors qu’il lui suffisait seulement de lire une petite pancarte, il en était incapable ! C’était parfaitement aberrant, et surtout réellement consternant. On ne referait pas de si tôt le jeune italien.

    Il était donc enfin sorti de la ruelle, mais guère plus avancer métaphoriquement. Rien n’allait en son sens puisque la pluie vint battre son visage bien plus violemment, et il s’en retrouva littéralement aveuglé. Ce n’était pas vraiment le moment pour s’attarder sur la sublime architecture des environs, et Angelo en avait tellement conscience qu’il commença à faire quelques pas en avant. Il resserra sa veste contre son torse, remontant son col, et plaqua son avant bras contre son sac accroché en bandouiller, qui contenait tout ce qu’un infirmier à peu près respectable pouvait avoir sur lui, soit pas grand-chose. Angelo faisait avec ses moyens, et il n’était pas un hôpital ambulant de toute façon. L’armée le fournissait légèrement, et il s’en contentait.

    Avançant avec toujours sa conviction personnelle, sa fureur semblait s’amenuiser au regard de la pluie. Son ouïe en était sérieusement affaiblie également, et sa vue n’était plus qu’un vaste brouillard. Pour cette raison, il ne remarqua la voiture qu’au dernier moment. Il fallait dire qu’elles étaient extrêmement rares désormais dans New York, car une voiture ne restait guère longtemps en bon état de fonctionnement. Et le pétrole raffiné manquait. Il se plaqua au mur, mais son regard se posa sur une forme indistincte à quelques mètres, qu’il crut voir faire un bond pour le moins hors du commun. Angelo en resta atterré quelques instants, et revint doucement à la réalité. Il avait vu tant de choses étranges depuis ces trois missiles, qu’il ne s’étonnait finalement plus de rien. Sa curiosité devança sa raison, et il voulait surtout savoir si cette forme avait survécu à un tel saut. Difficile à dire, mais il se sentait en devoir de vérifier. Allant encore une fois au devant d’une mort probable, il longea doucement le mur, sans pour autant guetter les environs, et surtout les ruelles sombres auxquelles il jetait quelques regards furtifs.
Revenir en haut Aller en bas
Yann Zych

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 27
Who are you : Un jeune homme à l'allure sombre.
Philosophie : Laissez moi tranquille et je ne vous ferais aucun mal.
Love : Son coeur est à prendre...Mais saurez-vous l'apprivoiser ?
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Organique de type Félin ( Capacités félines )
Maitrise des pouvoirs:
100/100  (100/100)
Agilité au Combat:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   Jeu 6 Déc - 22:20

Yann n'avait pas attendu très longtemps avant de distinguer une forme humaine, qui se rapprochait de lui visiblement à tâtons, collée le long du même mur auquel il s'était adossé.
Méfiant, notamment à cause du bon énorme qu'il venait d'accomplir pour sauver sa peau, le jeune homme était resté sur ses gardes.
En se concentrant, il avait tenté de focaliser son ouie surdeveloppée sur la direction d'où venait la personne, et avec succès :
Presque aussitôt, les bruits de pas déjà bien audibles avaient semblés très proches, si bien que le mutant avait pu relever les yeux au moment exact ou un homme arrivait à sa hauteur.

L'inconnu ne semblait pas plus âgé que lui, peut être même plus jeune en vérité.
Ses origines latines étaient nettement visibles, de par son teint de peau assez mat et ses cheveux bruns, ainsi que son charisme et son élégance.
La peau du gothique semblait encore plus blanche qu'elle ne l'était déjà, fait renforcé par l'obscurité qui enveloppait la rue.
Son long manteau de cuir noir voletait doucement, soulevé par un vent qui commençait à se lever, et sa longue chevelure sombre bouclait légèrement avec l'humidité.
Seule la moitié de son visage était visible, l'autre masquée par son écharpe, renforçant la profondeur de son regard.
Voyant qu'il était observé, le mutant n'avait pas bougé, et était resté silencieux.

L'homme qui se trouvait devant lui avait-il vu ce qu'il avait fait quelques minutes auparavent ?
Si oui, quelle serait sa réaction ?
N'était-il pas simplement l'un de ces curieux, qui venait lui demander s'il pratiquait des rites sataniques, en égorgeant des poulets et autres malheureuses bestioles sans défenses ?
Bien qu'il semblait plutôt aimable et avenant, Yann avait apprit à attendre de connaître les intentions des gens avant de rabaisser ses défenses.
Laissant de nouveau son regard se promener sur l'individu, avec toutefois un respect bien visible, le jeune homme avait constaté que la veste et le sac de ce dernier étaient trempés, ce qui laissait entendre que leur propriétaire avait passé un moment sous l'averse qui tombait.

Quelques minutes s'étaient écoulées. Hésitant sur le comportement à adopter, le gothique avait décidé de rester égal à lui même.
Il attendrait que l'inconnu prenne la parole, ou qu'il prenne la fuite, comme la plupart des gens qu'il croisait.
Un coup de tonnerre puissant avait retentit, rompant le silence.
Indifférent, Yann n'avait pas bougé.
Il attendait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   Ven 7 Déc - 20:58


    Longer les murs. Quelle étrange habitude quand l’on n’y était pas habitué … Angelo savait néanmoins toute l’importance que cette proximité se devait d’exister. Le moindre écart, le moindre manque de panorama ouvert, ou ostensible pouvait s’avérer la plus providentielle des failles, mais bien pour autrui. Car si la destruction, la mort, et la souffrance avaient déjà pris possession des lieux et ravagé tant de choses, elles n’en étaient pas du tout à leur fin, et même pire, tout semblait s’aggraver au fil du temps, comme si l’homme n’était pas capable de prendre conscience de ses erreurs, pour éviter ensuite de les répéter. Consternant, légitime, inouï, l’on pouvait attribuer tous les adjectifs possibles et à son gré suivant sa position, mais le jeune italien était surtout concentré sur cet étrange personnage qu’il n’avait eu le loisir que d’entrevoir. Fasciné et peut être un peu pétrifié également, la curiosité souvent poussée au vice d’Angelo le laissait avancer doucement, mais certainement.

    Le temps n’allait guère en s’améliorant, et la pluie ne cessait jamais de fouetter son visage avec violence, comme l’excitation ou l’appréhension faisait battre le sang dans ses veines. Difficile de dire ce qui animait concrètement le jeune homme, mais le fait était bien là, la nuit recouvrait tout New York, l’enfermant dans une obscurité incessante, comme promettant au moindre badaud une mort imminente, et sans doute douloureuse. Peut être était-ce bien de la crainte qui animait Angelo finalement, surtout qu’il avait cru voir en cette forme floue quelqu’un de nettement plus imposant que lui, et pourtant, il allait toujours au devant de ce danger potentiel. N’importe quelle personne saine d’esprit aurait fait demi-tour, mais Angelo, lui, continuait, jusqu’à se retrouver nez à nez avec sa « recherche » hasardeuse.

    Il n’en eut pas réellement le souffle coupé, mais c’était quasiment tout comme. Un style vestimentaire décalé clairement affiché, Angelo ne se sentait pas en position de force, et encore moins de confiance. C’était sans doute un peu de préjugés, mais il avait rencontré tellement de problèmes à se confronter à ce genre de personnes qu’il ne prenait plus tellement de risques finalement. Un silence s’imposant entre les deux hommes, dont les regards ne se détachait d’ailleurs jamais. Angelo comprit assez rapidement qu’il ferait sans doute mieux de parler le premier, faute de quoi, ils seraient morts avant d’avoir engager un tant soit peu d’échanges verbales. Ce fut bref :

    - J’imagine que vous allez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Yann Zych

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 27
Who are you : Un jeune homme à l'allure sombre.
Philosophie : Laissez moi tranquille et je ne vous ferais aucun mal.
Love : Son coeur est à prendre...Mais saurez-vous l'apprivoiser ?
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 04/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Organique de type Félin ( Capacités félines )
Maitrise des pouvoirs:
100/100  (100/100)
Agilité au Combat:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   Ven 7 Déc - 22:38

Yann avait attendu avec patience que son interlocuteur prenne la parole, ou parte en courant, effrayé par son aspect sombre.
Finalement, après plusieurs minutes d'observation silencieuse, durant lesquelles chacun des deux protagonistes de l'affaire avait longuement détaillé l'autre, la situation avait été dégelée, par quelques mots venant de l'Italien :
Ce dernier, poliment, lui demandait comme à n'importe qui d'autre s'il se portait bien...
Bon, il l'affirmait, mais bon, tout de même !
Lui au moins n'avait pas cherché à savoir s'il pratiquait des rites glauques ou des sacrifices à la gloire de Satan !

Agréablement surprit, le mutant avait répondu d'une voix neutre, dans laquelle on ne percevait aucune trace d'animosité ou d'agacement :


- Je suppose oui...

La logique voulait qu'il retourne la question qui lui avait été posée, si bien que, quelques secondes après sa première intervention, le gothique avait reprit, sur le même ton qu'auparavent :

- Et vous ? Vous cherchiez quelque chose ?

C'était la première fois que le jeune homme parlait autant à un inconnu depuis plusieurs mois...
La dernière fois que cela était arrivé, il avait été collé toute une journée par un garçon un peu innocent, qui l'avait innondé de questions :
Où trouvait-il ses vêtements ?
Combien de temps ses cheveux avaient-ils mis avant de devenir aussi longs qu'ils ne l'étaient ?
Est-ce qu'il se maquillait le visage, et pourquoi, sans oublier la question la plus débile de toutes :
Est-ce qu'il portait des lentilles pour que ses yeux soient à ce point étranges....

Bref, une discution follement intéressante, à laquelle Yann avait mis fin dès qu'il l'avait pu.
Bien que plutôt marginal, il était capable de se montrer un interlocuteur sympathique une fois mis en confiance.
Dans le cas présent, l'inconnu semblait un peu impressionné...
Mais bon, du moment que la conversation ne dégénérait pas trop, tout irait bien !
Reprenant une attitude silencieuse, le gothique s'était de nouveau adossé au mur qu'il avait brièvement quitté, attendant une réaction de la part de son vis à vis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par une froide nuit pluvieuse ( PV Angelo )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In The End :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: