Quand le monde n’est plus que désolation, il faut payer le prix cher pour survivre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un matin au QG |Terminé|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grace Campbell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 29
Who are you : There Is Still Some Hope...
Philosophie : Never give up, even when you got nothing to lose.
Love : Someday, I'll get to you dear...
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Force Surhumaine
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Un matin au QG |Terminé|   Jeu 27 Déc - 23:22

Le soleil venait tout juste de se lever lorsque le réveil de Grace sonna pour la première fois. Les fins rayons passaient à travers les stores déchirés de la fenêtre, permettant à la quadragénaire d’éteindre ce son insupportable qui sortait du vieil objet sans risquer de le mettre à terre. Grace se souvenait encore du jour où elle avait « emménagé » dans cet appartement délabré. Il avait résisté aux différentes attaques de la dernière Guerre, tout comme d’autres ici à New York. Les survivants se les arrachaient, parfois de manière tout aussi simpliste que barbare. Comment faire pour trouver un logement ? Il suffisait de tuer son propriétaire. La police était toujours présente, malheureusement il était devenu difficile pour eux de traquer les assassins. Leur matériel scientifique, les effectifs nécessaires aux recherches… Tout cela avait disparu peu auparavant. Aujourd’hui, il semblait que c’était la loi du plus fort.

Voilà pourquoi Grace Campbell se levait tous les matins : pour lutter contre cela. Les forces de l’ordre « officielles » semblaient plus occupées à mette hors-jeu tous ceux qui menaçaient le nouveau gouvernement qu’ils tentaient d’instaurer, plutôt qu’à essayer de faire au mieux pour rendre un semblant de justice dans cette ville. Il était hors de question qu’elle laisse passer ce genre d’actes sans faire tout ce qui lui était possible pour les contrer. Pourtant lors son arrivée à NY, Grace n’avait pas du tout la tête à ça. Bien au contraire… Elle ne se rappelait pas pourquoi elle avait décidé de venir à la Grosse Pomme plutôt que de se laisser mourir à Los Angeles, pour rejoindre ses enfants, son mari et ses parents. Des jours entiers, elle s’était demandée pour quelle raison c’était elle l’unique survivante. Malheureusement, aucune réponse ne lui était parvenue, et se rendant très bien compte qu’elle n’en aurait jamais, Mrs Campbell avait purement et simplement abandonné. Néanmoins, ce n’était pas son genre de baisser les bras, surtout lorsqu’il restait un espoir, et même si ce dernier était extrêmement mince. Voilà la raison exacte pour laquelle à cet instant précis, elle se trouvait dans un petit deux pièces miteux pas très loin du Verrazano. Grace ne savait pas se rendre, se laisser aller. Elle voulait se battre, sans arrêt, sans relâche. Avant, elle se battait pour que les adolescents démunis aient quelque chose à manger et un endroit où dormir. Aujourd’hui, elle le faisait pour sa propre survie, et pour la reconstruction de la ville.

La quadragénaire se leva enfin et se prépara à se rendre au Financial District. C’était là qu’elle allait tous les matins : cet endroit cachait en réalité les locaux du groupe formé par les personnes devenues mutantes – pour la plupart d’entre elles – et qui voulait empêcher les « puissants » de prendre le pouvoir. Pacifiquement, contrairement à eux qui n’hésitaient pas à utiliser la violence pour avoir ce qu’ils voulaient. Grace se vêtit donc d’un jean et d’un simple chandail blanc après avoir pris une douche glacée et déjeuné modestement. Elle ne devait pas dévorer tous les aliments qu’elle possédait : les produits alimentaires se trouvaient encore, mais certains avaient disparus du marché, et il commençait à y en avoir de moins en moins pour le nombre de survivants des trois bombes. Ce n’était de toute manière qu’une question de temps avant que le « gouvernement » ne décide d’imposer un quota. Après tout, cela s’était déjà vu, ce n’était donc pas impossible !

Dix minutes plus tard, Grace sortit de son appartement et vérifia deux fois que la serrure était bel et bien fermée. Ce n’était pas cela qui empêcherait quelqu’un de dévaliser son logement – un expert pourrait très bien s’en sortir – mais c’était par pur acquis de conscience. Et puis très franchement, il n’y avait vraiment rien à piquer ici. Mrs Campbell possédait quelques vêtements, une petite télévision et un radio-réveil… Bon, elle pouvait encore se faire à manger en se procurant du gaz et en se servant de sa gazinière – qu’elle avait réparé elle-même – mais bon… Elle ne voyait pas deux personnes habillées de noir descendre les escaliers avec une énorme cuisinière à gaz dans les bras !

Dehors, le temps n’était pas super froid, ce qui rendit la marche plutôt agréable. Lorsqu’elle arriva sur les lieux de son « travail », Grace fut accueillie par plusieurs gardes qui faisaient les rondes, vérifiant que les gens souhaitant entrer soient reconnus. Mrs Campbell les salua avec un sourire et put s’avancer dans le bâtiment du Federal Office sans aucun problème. Ce dernier se composait d’un hall et de plusieurs pièces utilisées à diverses fins, dont une petite qu’avait aménagée l’un des membres en guise de « salle de repos ». Grace s’y dirigea tout de suite, espérant voir quelqu’un avec qui elle s’entendait bien. D’ailleurs, April y serait peut-être, qui sait ?

Passant un pied à travers la porte, la quadragénaire vit le nouveau Maire de la ville – ou du moins, récent. De son nom Caleb Paterski, il avait été le premier à « recueillir » Grace dès son arrivée, et c’était grâce à lui qu’elle se trouvait ici aujourd’hui. Avec un nouveau sourire, plus franc et plus enjoué, Grace lança à son attention :


- Bonjour Caleb ! Comment ça va ce matin ?

Sans attendre de réponse, elle se dirigea vers la machine à café et se servit une tasse, puis vint s’asseoir près de lui. Une petite conversation ne leur ferait pas de mal : ils avaient tellement de boulot chacun de leur côté qu’ils possédaient à peine le temps de discuter ! Il fallait avouer que Grace serait ravie de savoir un peu plus comment allait Caleb. Il avait été si prévenant avec elle, lors de son arrivée à New York !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Paterski

avatar

Féminin
Nombre de messages : 655
Age : 27
Who are you : The Mayor
Love : Nobody...
Santé :
58 / 10058 / 100

Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Persuasion
Maitrise des pouvoirs:
67/100  (67/100)
Agilité au Combat:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Ven 28 Déc - 19:20

Tut tut tut tut tut…


    GGGrrr c’est énervant quand vous êtes dans votre rêve et que pour une fois vous vivez quelque chose d’intéressant et que votre réveil sonne pile au moment où ça allait devenir vraiment croustillant! Et bien Caleb était dans ce cas, il dormait paisiblement dans son lit de soie blanc seul pour une fois, et oui pour une fois il n’avait pas fait la « fête » durant toute la nuit et n’était pas avec une jeune femme dans son lit et surtout pour son très grand plaisir Lian n’était pas venue le réveiller avec son nouveau costume et une tasse à café. En clair une magnifique journée s’annonçait pour lui… du moins il le pensait.

    Sortant de son lit comme un gros bébé. Balançant ses draps aux pieds de son lit, après tout quelqu’un viendrait faire son lit comme à chaque fois le jeune homme vêtu d’un boxer en guise de pyjama alla directement dans sa cuisine où un mot était placardé sur son frigo. Lian? Elle était venue? Mais quand? Pourquoi il ne l’avait pas entendu avec ses talons qui claquent toujours sur son sol en carrelage blanc? M’enfin une chose qui ne le dérangeait pas du tout, enfin il n’avait eu à grogner devant cette incompétente jeune femme. Vous vous demandez sûrement pourquoi il ne la vire pas? Et bien peut être parce que finalement il s’est habitué à cette godiche qui fait des gaffes de droite à gauche. Bah quoi il a pas le droit?

    Allez passons au mot! Caleb l’arracha du frigo le regardant, avant d’arquer un sourcil à vrai dire il ne comprenait pas l’écrire de la jeune femme certes de l’anglais mais écrit comme des hiéroglyphes et du chinois mélangés, enfin, il avait tout de même réussit à y lire des choses du genre « RDV Federal Office, costume… canapé… blanc… partit… reviens demain… » voilà les seuls mots que le jeune homme put enfin réussir à lire. Il roula des yeux avant de rouler le papier en une boule qu’il jeta dans sa poubelle grise métallisée. Enfin il se dirigea sur le canapé et trouva bien un costume blanc qu’il prit et partit direction sa chambre.

    Une fois dans celle-ci il mit son costume blanc sur le lit puis partit direction la salle de bain où il prit une bonne douche bien chaude pensant à tout ses évènements, tout ce qui s’étaient produits depuis le lancement des trois bombes. Le fait qu’il soit le Maire, mais aussi l’apparition de son pouvoir. Tiens un léger sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme qui sentait par la même occasion l’eau lui couler sur le haut de sa tête. Vous voulez savoir ce souvenir? C’est une toute petite anecdote! Quelques jours après avoir découvert son pouvoir, Caleb avait passé une nuit en compagnie d’une jeune femme, mais rien se voulait se passer comme il l’avait prévu, elle ne voulait pas aller chez lui et préférait partir chez elle disant que ce serai mieux de le faire chez elle. M’enfin étant une tête de mule Caleb ne voulait pas, c’est pourquoi il regarda la jeune femme dans les yeux pendant quelques secondes avant de les ouvrir grand comme des boules de billard (0.0 comme ça) et la jeune femme avait cédé. Enfin le genre de chose qu’on oubliera pas ou qu’il n’oubliera pas.

    Après avoir donc prit sa douche le jeune homme en sortit et partit s’habiller avant d’enfin sortir de chez lui mais voilà contrairement à certaines personnes, Caleb lui ne fermait pas sa porte à clef normal avec deux vigiles à sa porte doté de pouvoir eux aussi personnes ne venaient et surtout personnes même en temps normal ne mettaient les pieds dans l’immeuble où il vivait. Il entama donc un marche (car oui il ne prend pas la voiture, ayant trop peur de l’abîmer).

    Après quelque minutes de marche, il arriva enfin à destination. Devant le Federal Office. Il salua les vigiles qui étaient devant avant d’entrer à l’intérieur. Le hall était plutôt bien, pas un seul grain de poussière sur le sol et quelques plantes vertes histoire de montrer que tout se reconstruisait. Caleb partit enfin en direction de la machine à café, il n’avait pas eut le temps de prendre son petit déjeuner. Une fois devant la machine, il pressa le bouton café noir sans sucre et attendit quelques secondes que celui-ci soit prêt.

    Par la suite, il partit s’asseoir sur quelques fauteuil après tout le réunion ne démarrait que dans quelques minutes, il en profita aussi pour prendre une cigarette et oui il était dans le coin fumeur et étant un grand fumeur il en avait bien besoin d’une. La cigarette à la bouche il l’alluma prenant un bouffée par la même occasion. Soudain il entendit une voix, une voix qu’il connaissait. Grâce, Grâce Campbell devant lui, vous vous demandez sûrement qui s’est? Et bien Grâce un est femme qu’il a déjà croisé et c’est même lui qui l’a « amené » dans ce groupe. Depuis une petite complicité s’était installé entre eux, non pas qu’ils soient les meilleures amis mais on pouvait dire qu’ils s’entendaient plutôt bien. Caleb lui sourit donc avant de lui répondre.

    _Plutôt bien, une réunion à laquelle je me serais bien passé, et ma « secrétaire » est partie je ne sais où pour faire je ne sais quoi… et vous?

    Un léger ton de moquerie dans la voix après tout c’est du lui tout craché et puis Grâce l’avait connu comme ça alors autant ne pas en vouloir à un pauvre petit garçon sans défenses ^^…

_________________
[C]aleb [P]aterski



Man does what he can,
Born to be alive
But God what he will.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-ms-fic.skyrock.com/
Grace Campbell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 29
Who are you : There Is Still Some Hope...
Philosophie : Never give up, even when you got nothing to lose.
Love : Someday, I'll get to you dear...
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Force Surhumaine
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Dim 30 Déc - 16:54

    Grace esquissa un sourire amusé aux paroles de Caleb. Ce genre de réaction n’était pas du tout étonnant de sa part, et d’ailleurs la quadragénaire s’en trouvait plutôt habituée. Cela dit, ça ne l’empêchait pas d’en rire à chaque fois. Le Maire de NY avait aussi évoqué une réunion. Oui, bien sûr puisque Grace se trouvait au QG pour cette raison précise. Une énième rencontre entre les différents membres du groupe, pour discuter des problèmes quotidiens qu’ils pouvaient rencontrer, ou bien d’autres choses plus importantes et qui nécessitaient de grandes discussions animées. La Californienne n’appréciait que moyennement ces babillages, car pour elle certains d’entre eux parlaient trop et n’agissaient pas assez. Oh elle n’était pas pour la violence, non ! Ce n’était pas du tout ce qu’elle entendait par « agir », bien au contraire. Grace détestait toute forme de violence, ce qui était plutôt paradoxal quand on savait que son pouvoir y était directement lié : une force surhumaine qui lui permettait de frapper plus fort et avec plus de conséquences pour la « victime ». N’aurait-elle pas pu avoir l’invisibilité, ou bien la capacité de voler !? N’importe quoi, mais quelque chose de défensif plutôt qu’offensif. Comme ce que savait faire April…

    En parlant d’April, cette dernière n’était pas encore arrivée dans le bâtiment, pourtant les amies s’étaient mis d’accord sur le fait de se rendre toutes deux à la réunion. Peut-être serait-elle un peu en retard… Grace posa ses mains froides autour de la tasse de café, tentant par ce moyen de les réchauffer un peu. Le temps dehors n’était pas glacé, mais tout de même. Surtout que la quadragénaire venait de Los Angeles, alors forcément, la Grosse Pomme aurait pu s’apparenter au Groenland pour elle ! De façon exagérée bien entendue, il ne fallait pas abuser non plus xD


    - Ca va très bien, merci, répondit-elle ensuite, levant le regard vers Caleb. Je dois dire que je ne suis pas non plus très friande de ce type de réunion. Ca me donne un peu l’impression qu’on se concentre sur la théorie plutôt que sur la pratique pour faire simple. C’est bien de discuter des différents événements, il faut que l’on communique, mais dans cette situation précise je crois qu’on le fait beaucoup trop.

    Grace aimait exposer ses idées, car elle partait du principe que si l’on gardait ses opinions pour soi, on ne pouvait jamais en discuter et savoir si l’on avait juste ou faux. Quoi que très souvent, tout cela s’avérait plus subjectif qu’autre chose, et personne ne pouvait vraiment réfuter un tel argument. Néanmoins, la quadragénaire se doutait que Caleb ne serait pas entièrement contre ce qu’elle venait d’expliquer : sinon pourquoi serait-il si ennuyé par ces fameuses réunions ? Grace secoua un peu la tête négativement, un geste qui avait pour but de soutenir ses propres paroles, et porta la tasse à ses lèvres pour boire une gorgée de café. Un bien-être s’empara d’elle lorsqu’elle sentit le liquide couler dans sa gorge… Que c’était bon ! Il n’y avait rien de mieux le matin que cette boisson revigorante. Avant la Guerre, Grace pouvait en boire entre cinq et six dans la journée, sans jamais s’en lasser, sans jamais en être malade non plus. De toute façon, cela lui était nécessaire : elle se battait sans relâche pour les jeunes des quartiers défavorisés, rentrant parfois à quatre heures du matin chez elle parce qu’elle avait préféré rester un peu plus longtemps au centre, histoire de discuter avec les adolescents qui y dormaient. A cette époque, Grace n’aurait pas imaginé qu’un jour, ce serait pratiquement toute la population mondiale restante qui se retrouverait sans rien.

    - Si seulement nous n’avions pas à nous battre pour que New York ne sombre pas dans la corruption à cause de ces malades avides de pouvoir…, souffla la quadragénaire en reposant délicatement sa tasse sur la table, l’entourant toujours fermement de ses mains.

    Ce n’était pas vraiment le caractère de la quadragénaire de refaire le monde avec des « si ». Elle était plus axée sur le fait qu’il ne fallait jamais baisser les bras, que la situation ne pourrait pas changer sans efforts et qu’il était donc primordial que chacun soit motivé dans sa tâche. Au sein de l’organisation, Grace était plutôt celle qui passait des savons à ceux qui ne croyaient plus en leur cause, ou qui décidaient de laisser tomber parce qu’il n’y avait rien à faire. Ce comportement ne servirait qu’au Mal, car il permettrait aux hommes qui souhaitaient prendre NY par la violence d’arriver à leurs fins. Comment pourrait-il échouer s’ils ne rencontraient aucune résistance ?

    Mais voilà, parfois Mrs Campbell se laissait emporter par de petits brins de désespoir… Ils ne duraient pas longtemps, fort heureusement. Cela dit, ça ne la gênait pas plus que ça de savoir que Caleb en serait témoin : après tout, c’était lui qui l’avait trouvée et qui avait été son premier véritable interlocuteur à New York. Et à ce moment-là, Grace n’avait plus aucune envie de vivre après la perte de sa famille entière, dont ses deux enfants… Si ce regroupement n’existait pas, il semblerait qu’elle ne serait plus là aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Paterski

avatar

Féminin
Nombre de messages : 655
Age : 27
Who are you : The Mayor
Love : Nobody...
Santé :
58 / 10058 / 100

Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Persuasion
Maitrise des pouvoirs:
67/100  (67/100)
Agilité au Combat:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Dim 30 Déc - 18:15


    Agir plutôt que réfléchir voilà ce que voulait Caleb qui commençait à en avoir vraiment marre d’entendre sans cesse des paroles et des promesses qui ne sont jamais tenues. Eux qui disaient qu’ils étaient dans le pire en ce moment avaient-ils vu le Maire mourir sous leurs yeux? Non, ils ne connaissaient rien! Ils ne savaient pas ce que l’on pouvait ressentir quand vous savez que votre famille est à présent décomposées et que la seule personne qui croyait vraiment en vous est morte sous vos yeux à cause d’un éclat de l’un de ses missiles.

    A partir du moment où Caleb avait appris qu’il deviendrait Maire le jeune homme s’était alors promis de faire tout ce qu’il pouvait pour refaire de New York ce qu’on appelait avant la Grande Pomme ou la ville qui ne dort jamais! Quitte à y laisser sa vie ou autre le jeune homme allait faire tout ce qu’il y avait en son pouvoir pour refaire de New York une ville qui ne dort jamais! En compagnie des autres membres de ce groupe ils allaient reconstruire la ville le plus pacifiquement possible du moins tant qu’ils le pouvaient. Car bien que Pacifique Caleb était également un homme qui savait se battre quand on le cherchait un peu trop.

    De toute façon Caleb est quelqu’un qui a un fort caractère ou plus un caractère de cochon! Toujours à vouloir tout faire seul comme un grand le jeune homme refuse catégoriquement l’aide des autres bien que depuis peu il avait accepté enfin… Le président lui avait ordonné d’avoir de l’aide avec lui en la personne du Général Jack Anderson, une aide qui au final pouvait s’avérer utile bien que le pauvre Jack doive se faire aux humeurs de Caleb qui pouvait être aussi violente qu’amusante. C’est ça quand le pouvoir vous monte à la tête.

    _ Et bien, je pense que nous sommes du même avis. New York ne se reconstruit pas comme je l’aurais espéré malheureusement.

    Mr Paterski baissa légèrement la tête, visiblement déçut que la reconstruction de New York ne se fasse pas comme il l’attendait. Lui qui espérait que cette ville allait en moins de quelques mois se reconstruire aussi vite que Dieu avait créé la Terre, en réalité cela faisait une bonnes poignée de jour que la ville de New York stagnait et les constructions s’étaient stoppées pour manque de personnels. Caleb les aurait bien aidé mais le trop plein de réunions lui empêchait d’aller faire un tour là où il pensait aller durant ses temps libres.

    Le jeune homme prit une nouvelle bouffée de sa cigarette avant d’ingurgiter une gorgée de café. Une légère grimace se dessina sur son visage visiblement le café n’était pas à son goût. En effet Caleb était un grand buveur de café et celui des machines n’étaient vraiment pas l’idéale pour lui. Mais bon son marchand de café préféré était également mort dans son magasin de café.

    Caleb écouta la quadragénaire parler avant d’hausser les sourcils avec les le mot « si » ne devait pas être employé, jamais. Il n’aimait pas les supposition ou autres en fait Caleb refusait d’entendre le mot « si » c’est pourquoi il fronça légèrement les sourcils en entendant la phrase Grâce. Il la regarda en tournant simplement les yeux avant de lui répondre.

    _Avec des « si » sachez on ne refait pas le monde! Et malheureusement durant ses foutus réunions on en emplois un peu trop.

    Il détourna enfin les yeux fixant à présent la machine à café puis sans même regarder une dernière fois Grâce il but une nouvelle gorgée de café. Vraiment infecte!


[Désolée, post un peu moins long que les autres et un peu bidoullard aussi mais je me rattraperais ^^]

_________________
[C]aleb [P]aterski



Man does what he can,
Born to be alive
But God what he will.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-ms-fic.skyrock.com/
Grace Campbell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 29
Who are you : There Is Still Some Hope...
Philosophie : Never give up, even when you got nothing to lose.
Love : Someday, I'll get to you dear...
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Force Surhumaine
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Mar 1 Jan - 20:50

    [Désolée de la petite « attente », le nouvel an et tout ça xD Pas grave pour le post, je ne regarde ou n'écris pas à la longueur, ce n’est pas le plus important Wink ]

    Lorsque Caleb prit la parole, il ne prononça rien de moins que ce qu’attendait Grace. Comme elle l’avait songé quelques secondes auparavant, ils possédaient tous deux le même avis concernant ces réunions et la manière dont New York se reconstruisait. Selon la quadragénaire, il n’y avait pas seulement le manque d’actes concrets qui était déplorable, mais aussi et surtout la façon de faire. Y avait-il vraiment besoin de tant de violence ? Etait-ce si nécessaire de faire couler autant de sang pour que la vie reprenne « comme avant » ? Le point le plus sombre étant que malheureusement, plus rien ne serait justement comme avant. Tous ces pontes bourrés de fric et de pouvoir pensaient être capable de rétablir l’ordre des choses. Ils croyaient que dans quelques années, les trois bombes qui avaient tout anéanti ne seraient plus considérées comme autre chose qu’un mauvais souvenir. C’était à croire qu’aucune de ces personnes n’avaient perdu de proches qu’ils chérissaient à un point indescriptible. Car toutes ces familles, détruites par la Guerre, se souviendraient toujours, peu importe le futur de ceux qui avaient survécu, peu importe le nombre d’années qui s’écoulerait.

    *Non, la ville ne se reconstruit pas comme nous l’avions espéré…* songea Grace, faisant écho aux paroles de Caleb dans son esprit.

    Que pouvait-elle faire d’autre qu’approuver cette constatation irrémédiable ? Les preuves étaient également là : les chantiers de reconstruction n’avançaient presque pas. La population souhaitant aider se faisait rare. Pourtant, la quadragénaire donnait tout ce qu’elle pouvait pour accélérer le pas. Sa force surhumaine l’aidait beaucoup dans cette tâche, même si elle ne pouvait pas l’utiliser devant n’importe qui. On pouvait dire ce qu’on voulait, à presque un quart de siècle – Mrs Campbell frissonna à cette pensée – elle était encore en forme !

    Alors qu’elle regardait Caleb, elle vit le jeune Maire faire une grimace peu après avoir goûté son café. Un point sur lequel leurs points de vues différaient : elle avait toujours préféré les chocolats et cafés des simples machines. Pourtant, elle avait eu les moyens de s’offrir les plus chers qui étaient considérés comme étant les meilleurs. Mais son opinion là-dessus n’avait jamais changé, et à chaque fois que la quadragénaire sortait, elle s’arrangeait pour passer au centre commercial et s’offrir un café tout simple que l’on commandait par le biais d’un simple appareil… Se revoyant faire ce genre de choses, Grace exprima ce qu’elle aurait aimé voir pour New York.

    C’était malheureusement sans compter la réaction de Caleb. « Avec des si on ne refait pas le monde ». Bien sûr qu’elle le savait, d’ailleurs Mrs Campbell ne faisait pas non plus partie de ceux qui prononçaient ce mot le plus souvent. Mais se laisser aller de temps en temps ne pouvait pas faire de mal, et c’était précisément son but. Néanmoins, Grace comprenait parfaitement la réticence de Caleb, c’est pourquoi elle ne dit rien là-dessus et se contenta de répondre à la dernière phrase de son interlocuteur.


    - Je suis bien d’accord, mais je ne peux malheureusement pas dire grand-chose. J’apporte mon aide, cela dit ça ne me donne pas le droit d’élever la voix. J’aimerais parfois… Vous qui êtes Maire, je n’ai jamais pensé à vous le demander… n’avez-vous pas la possibilité de faire comprendre à ce groupe que nous devrions agir un peu plus ?

    Eh oui, car comme dans toute « communauté », il y avait des dirigeants. Des gens qui menaient les opérations et qui distribuaient les tâches. Grace n’avait rien contre cela, bien au contraire. Il était vrai qu’ils ne feraient jamais rien si personne ne voulait se décider à prendre les rênes. Faire des choses chacun de son côté avait beaucoup moins d’impact que de se regrouper pour accomplir des actions ensemble. Seulement voilà, il fallait que les « hautes » personnes de ce groupe ne soient pas les plus décidées à bouger. Certains d’entre eux tentaient de faire valoir leurs idées et de les secouer, mais ils n’étaient pas toujours écoutés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Paterski

avatar

Féminin
Nombre de messages : 655
Age : 27
Who are you : The Mayor
Love : Nobody...
Santé :
58 / 10058 / 100

Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Persuasion
Maitrise des pouvoirs:
67/100  (67/100)
Agilité au Combat:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Ven 4 Jan - 19:40


    Les paroles de Grâce firent étrangement un effet un peu… néfaste sur lui, en fait une montée de colère vint en lui. Quand Grâce lui demanda si il pouvait en toucher due mots lors d’une réunion, en fait le jeune homme n’arrêtait pas de le dire enfin de le crier aux autres, en fait quand Caleb avait ses idées il les criait haut et fort de façon à se faire entendre.

    L
    e jeune homme tourna alors la tête vers Grâce avant de se lever et d’aller jeter son gobelet à moitié plein dans la poubelle en face d’eux puis lentement il revint s’asseoir, sa cigarette toujours à la bouche il prit une profonde bouffée de celle-ci voulant se calmer avant le commencement de la réunion. Il s’assit enfin au même endroit que tout à l’heure avant de regarder une dernière fois la rouquine.


    _Croyez moi j’ai essayé plusieurs fois et les seules réponses que l’on me donnait étaient, qu’il fallait attendre encore un peu avant de se lancer à l’aveuglette dans des projets!


    I
    l détourna enfin les yeux de Grâce avant de mettre sa tête entre ses mains, visiblement toutes ses choses lui provoquait des maux de têtes insupportables! Il plissa les yeux avant de se les frotter à l’aide de ses mains. Le jeune homme se frotta ensuite le cou avant de venir se replacer comme avant.

    _Enfin au lieu de parler de ses projets parlez moi de votre « nouvelle vie », comment vous sentez vous à New York?


    D
    epuis le début de leur amitié les deux personnes ne s’étaient jamais tutoyer en fait par respect pour l’un comme pour l’autre aucuns des deux ne se tutoyait préférant de loin le mode de vouvoiement qui montrait bien le respect qu’ils avaient l’un envers l’autre.


[désolée d’avoir prit du temps à répondre]

_________________
[C]aleb [P]aterski



Man does what he can,
Born to be alive
But God what he will.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-ms-fic.skyrock.com/
Grace Campbell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 29
Who are you : There Is Still Some Hope...
Philosophie : Never give up, even when you got nothing to lose.
Love : Someday, I'll get to you dear...
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Force Surhumaine
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Mar 15 Jan - 19:08

    Immédiatement, Grace s'en voulut d'avoir demandé à Caleb de toucher quelques mots aux dirigeants du groupe. En fait, sa culpabilité résidait dans le fait qu'il ne lui était même pas venu à l'esprit que le Maire ait déjà tout tenté de son côté, sans attendre qu'on le lui dise. Il s'agissait d'un jeune homme prévenant qui savait quoi faire et quand ; de quel droit Grace avait-elle douté de son implication ? Encore une fois, il lui aurait fallu réfléchir un peu plus avant de dire n'importe quoi et de blesser son interlocuteur. Mais en même temps, la situation était telle qu'on ne pouvait pas lui en vouloir : tout ceci était encore nouveau pour elle, et Mrs Campbell ne connaissait pas encore par coeur tous les roulements du groupe ni son fonctionnement entier.

    Et bien évidemment, Caleb répondit ce que Grace attendait de lui : effectivement, il avait bien tenté d'en discuter, mais on lui avait répondu par la négative, prétextant qu'il ne fallait pas se jeter tête baissée dans des choses qui s'avéreraient dangereuses par exemple. Mais croyaient-ils que rester assis là sans rien faire valait mieux ? On se trouvait encore en pleine guerre, même si ce n'était pas la même que celle qui avait touché le monde quelques temps auparavant. Et dans une guerre, il fallait prendre des initiatives. Dans une guerre, il y avait forcément des pertes. Ces dernières étaient déplorables, et bien entendu, il fallait tout faire pour les éviter. Néanmoins, agir était leur dernier recours aujourd'hui.

    Caleb sembla soudainement fatigué. On ne pouvait pas l'en blâmer, la vie était devenue telle qu'il était difficile de dormir sur ses deux oreilles. Voire de dormir tout court : les rondes, toutes les horreurs qui revenaient sous forme de cauchemars ou de terribles pensées. Peu de monde se trouvait joyeux et complètement reposé. Les temps étaient durs... Fort heureusement, le Maire de NY changea bien vite de sujet. Il était évidemment inutile de ressasser des choses contre lesquelles ils ne pouvaient rien, à savoir les décisions absurdes des dirigeants...


    - Oh, ça va bien je vous remercie, répondit Grace tout en esquissant un sourire destiné à Caleb. Sans vous, je n'en serais pas là, vous m'avez été d'une grande aide. J'ai retrouvé une raison de ne pas me laisser aller malgré les pertes que j'ai subies : ici j'ai pu rencontrer des personnes qui avaient vécu la même chose, et parler avec eux me fait beaucoup de bien. J'ai aussi un but, celui de vous aider à reconstruire la ville d'une manière pacifique et sans corruption... Je vous dois beaucoup, vous savez.

    Grace élargit son sourire, comme pour appuyer ses paroles. Ce n'était pas la première fois qu'elle remerciait Caleb de cette façon, et songea un instant qu'il pourrait commencer à fatiguer de recevoir sans cesse ses "Merci". Mais Grace se sentait tellement redevable, que si elle ne se retenait pas un peu elle le lui dirait à chaque fois qu'elle le croiserait quelque part, dans une rue ou dans un couloir. Caleb ne pouvait certainement pas comprendre à quel point sa présence avait été importante : sans lui, Grace serait certainement morte à l'heure qu'il était.

    - Et plus sérieusement, comment vous vous sentez en ce-moment ?

    "Plus sérieusement", parce que Grace lui lui avait déjà demandé en entrant dans la pièce, quelques minutes plus tôt. Ceci avait plutôt été le genre de question rhétorique à laquelle tout le monde répondait "Bien", sans forcément le penser. Mrs Campbell savait qu'elle n'était pas la personne à laquelle le Maire se confierait en premier lieu, mais s'il avait un quelconque souci et qu'il souhaitait lui en parler, elle voulait lui faire comprendre qu'elle serait là. Elle lui devait bien ça, et Grace possédait une grande capacité d'écoute.

    - Vous avez l'air fatigué, j'espère qu'après la réunion vous pourrez vous reposer un peu...


[A moi de m'excuser ! J'ai eu un peu de temps entre deux révisions ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb Paterski

avatar

Féminin
Nombre de messages : 655
Age : 27
Who are you : The Mayor
Love : Nobody...
Santé :
58 / 10058 / 100

Date d'inscription : 09/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Persuasion
Maitrise des pouvoirs:
67/100  (67/100)
Agilité au Combat:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Mer 23 Jan - 18:20



    Plus sérieusement? Elle voulait savoir comment il allait? Et bien mise à part le fait qu’il n’aille pas du tout bien et qu’à tout moment il allait tomber, tomber dans ce fossé, tomber dans le sommeil et peut être ne jamais se réveiller après tout, il fallait bien le dire, le petit jeune homme qu’était Caleb n’allait pas résister longtemps à se train de vie, entre fête le soir avec des femmes, de la drogue et autres choses, puis la journée Lian qui est toujours derrière lui et pour finir ce pouvoir complètement affreux qui pousse à faire tout ce qu’il désire aux gens (ce qui peut être vraiment très efficace surtout dans la gente féminine!).

    Caleb baissa légèrement la tête fermant les yeux avant d’approcher sa main et de se les frotter assez énergiquement comme pour le réveiller. Enfin il regarda la quadragénaire dans les yeux, il l’avait accueillit en ville, c’était lui qui l’avait emmené dans ce groupe, c’était grâce à lui qu’elle faisait partie de ce quartier générale, une chose que jamais il ne se reprochera! En effet, la venue de Grâce dans ce groupe lui plaisait énormément, tout d’abord parce qu’en Grâce il avait trouvé comme une confidente, comme une femme à qui il pouvait tout dire, comme une maman ou comme une amante (bien qu’ils n’aient rien fait ensemble!) pourquoi je dis amante? Ok je ne vais pas vous cacher que durant quelques minutes notre jeune vingtagénaire ^^ n’avait pas voulu la mettre dans son lit avant que celle-ci ne lui explique qu’elle venait de perdre son mari. Mais je dis amante tout simplement parce qu’une amante est quelqu’un à qui vous ne parlez jamais de vous en priorité et qui pourtant en sait plus qu’il ne faudrait.

    _En ce moment? Je suis comment dire… au mieux de ma forme!

    Dit-il en souriant, bien évidemment qu’il mentait, rien qu’à voir les cernes sous ses yeux on pouvait facilement voir qu’il n’allait pas bien du tout et que la reconstruction de la ville prenait énormément de temps, trop de temps à son goût! Parfois il aimerait bien que tout se fasse par simple claquement de doigt, de temps à autre il aimerait bien voir la ville comme dans le passé, de temps en temps il aimerait avoir le pouvoir de cette jeune femme rencontré dans l’ancien zoo, cette Ange qui visiblement avait ce don, une chose qu’il n’oubliera jamais, son visage si jovial mais qui ne montrait à présent que de la tristesse, en parlant d’Ange, comment allait-elle en ce moment? Après le brève petite discussion comment faisait-elle? Depuis le temps qu’ils ne s’étaient pas parlés! Et oui, Caleb aimait bien garder contact avec les gens qu’ils rencontraient enfin, surtout depuis peu! L’amitié était devenu quelque chose de très importante pour lui. Lui qui offrait facilement cette amitié et cette confiance mais qui une fois celle-ci trahit ne revenait jamais!

    Il entendit enfin Grâce lui reparler à nouveau, la réunion! Il avait presque oublié ça! Une chose qu’il se serait bien passé, pour aller profiter de ces dernières heures de sommeil et surtout pour ne pas se prendre la tête avec les gens qui y serait. Comme à chaque fois, Caleb allait encore s’énerver et partir en trombe sans attendre la fin de la réunion en claquant la porte bien évidemment, une chose que Grâce n’avait jamais vu et qu’elle verrait peut être maintenant! Il soupira une nouvelle fois terminant sa cigarette à présent et l’écrasa sur le « cendrier » à sa droite.

    _Je l’espère aussi, mais ça j’en doute… Malheureusement l’emploi du temps d’un Maire est loin de ressembler à celui d’un étudiant.

    Un dernier sourire et Caleb regarda l’horloge en haut de l’ascenseur, il se leva alors avant de regarder Grâce pour lui faire signe que l’heure avait tourné et qu’il était temps d’aller à cette foutue et m**dique réunion.

    _Je pense que c’est l’heure.

_________________
[C]aleb [P]aterski



Man does what he can,
Born to be alive
But God what he will.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://punk-ms-fic.skyrock.com/
Grace Campbell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 83
Age : 29
Who are you : There Is Still Some Hope...
Philosophie : Never give up, even when you got nothing to lose.
Love : Someday, I'll get to you dear...
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 23/12/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Force Surhumaine
Maitrise des pouvoirs:
90/100  (90/100)
Agilité au Combat:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   Lun 28 Jan - 19:17

    Contrairement à ce que certaines personnes pensaient, et que Grace qualifierait de *mot censuré*, Caleb était loin d'être un Maire incompétent. Ici et là, la quadragénaire avait entendu qu'il n'aurait jamais du être Maire, qu'il était beaucoup trop jeune pour supporter un tel poids sur ses épaules et qu'il craquerait dès la première semaine. Bien entendu, ces paroles n'étaient que rarement prononcées au sein de ce groupe, il s'agissait plutôt de mots provenant de gens que Mrs Campbell rencontrait dans la rue et avec qui elle échangeait quelques phrases, par simple curiosité ou politesse. Heureusement que derrière sa force surhumaine, Grace avait de la jugeotte, sinon elle se serait jetée sur ces habitants sans réfléchir. Qui étaient-ils pour oser juger un homme qu'ils ne connaissaient même pas ? D'ailleurs, le temps avait bel et bien démenti leurs dires : cela faisait bien plus de sept jours que Caleb était devenu le Maire de New York, et il était toujours présent au poste. Comme quoi, les mauvaises langues...

    Mais plus que bon dans son rôle, Mr Paterski était quelqu'un que Grace admirait. Il était deux fois plus jeune qu'elle et pourrait très bien être son fils, pourtant il portait un poids sur ses épaules que la quadragénaire aurait bien eu de mal à supporter à sa place. Et en plus de cela, il le faisait avec brio. Se plaignait-il sans arrêt, souhaitant ci ou ça, revenant sur les événements passés et espérant que le monde soit différent ? Disait-il souvent que ce boulot l'insupportait et qu'il en avait par-dessus la tête ? Non, jamais. Pas une seule seconde. Et pourtant, cela faisait un petit moment que Grace le connaissait, et elle avait échangé assez de conversations avec lui pour affirmer avec certitude que Caleb était quelqu'un de courageux qui méritait l'admiration de ses semblables.

    Et encore à cet instant-même, où il portait des cernes montrant clairement sa fatigue grandissante, il était capable de se dire "au mieux de sa forme". Même si cette affirmation laissait transparaître un minimum d'ironie - Caleb n'était pas naïf au point d'ignorer ses fameuses cernes - cela ne réussissait à prouver qu'une seule chose : ce n'était pas dans sa personnalité de se plaindre, même quand lui en donnait l'occasion. Ou alors, ça ne prenait vraiment que trente secondes histoire d'exprimer un avis, comme maintenant, alors qu'il expliquait que son emploi du temps n'était pas vraiment identique à celui d'un étudiant. Evidemment, il devait même travailler dix fois plus et les décisions qu'il prenait avaient toutes de grandes conséquences. Franchement, Grace espérait sincèrement que le boulot se ferait moins pressant pour lui, il méritait vraiment de prendre une bonne dose de repos. Mais elle en doutait, après tout la ville n'était-elle pas en pleine reconstruction ? Il ne s'agissait pas de baisser les bras ou de relâcher son attention, et maheureusement pour lui Caleb se situait en plein milieu de cette nouvelle ère à cause de son statut. Il en tirerait au moins un plaisir : celui de se savoir responsable lorsque New York redeviendrait à nouveau une "ville normale". Oui, parce que Grace aimait croire qu'ils vaincraient leurs opposants, des personnes puissantes et corrompues ne pensant qu'au profit. Leur groupe aiderait Caleb à redonner un semblant de vie et de bonheur à cet endroit, et désormais, Grace ne vivait que pour ça.

    Un coup d'oeil à l'horloge de Caleb indiqua à Grace qu'il annoncerait bientôt la réunion. Elle-même ne prit pas la peine de se retourner, surtout que le Maire lui fit un signe qui voulait tout dire. Avec un sourire amusé, car Grace savait qu'aucun d'entre eux n'avait envie de se retrouver en réunion, elle se leva et lança :


    - Oui, allons nous jeter dans la gueule du loup !

    Phrase ayant pour seul but tout l'humour dont la quadragénaire était encore capable bien entendu. Ce fut donc côte à côte que les deux amis entrèrent dans la vaste salle, où les attendaient déjà quelques membres du groupe.


[Comme on peut pas faire la réunion à nous tout seuls, je propose d'arrêter notre sujet ici ! En plus, j'en ai encore 3 en cours et du boulot personnel, je pense que ce serait pas superflu xD Mais j'ai été plus que ravie, et j'ai hâte de te recroiser ailleurs mon Maire préféré Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un matin au QG |Terminé|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un matin au QG |Terminé|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vidéo] Télématin MEUPORG
» mon lapin ne s'est pas réveillé ce matin
» Réveil matin et penses-bêtes
» Un matin lumineux
» En combien de temp l'avez vous terminé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In The End :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: