Quand le monde n’est plus que désolation, il faut payer le prix cher pour survivre.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un blessé très particulier [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 1:17

Il était presque 20h. Cela fait plus de trois heures qu'il n'y avait plus personne dans le laboratoire. Enfin plus exactement, il ne restait que Teresa qui encore une fois faisait plusieurs heures supplémentaires. La jeune femme ne regardait pas sa montre. Pour elle, le temps avançait trop vite et ses recherches n'aboutissaient pas assez vite à son gout. Et quelles sont les victimes de sa lenteur ? Les New-Yorkais ! Enfin les New-Yorkais humains, ceux qui n'avaient pas de pouvoirs, pas ces espèces de mutants qui anéantissaient l'espèce humaine et qu'il fallait urgement éliminer. La jeune femme se sentait responsable et impuissante lorsqu'elle voyait des personnes blessées ou pire encore décédées à cause de ce fléau. Elle s'en voulait de ne pas trouver la solution assez rapidement. Elle oubliait même qu'elle n'était pas la seule chercheuse et que tous formaient une équipe.

L'équipe de chercheurs de l'hôpital de Bookman Downtown ! Equipe renommée, d'après la presse, obtenant de bons résultats dans ses recherches.
Ca, c'était avant les bombardements ! pensait Téresa. Pour être une équipe, il faut être uni. Or, ce n'était plus le cas. Les chercheurs n'avaient plus, tous, le même but. En effet, bien que tous cherchaient à comprendre le gêne responsable du pouvoir, ils n'avaient pas tous la même finalité dans les recherches. L'ensemble des chercheurs n'avaient pas d'accord entre eux.
Certains considéraient le gêne comme quelquechose de dangereux car non contrôlable dans son développement et dans ses actions. Selon eux, il faut l'étudier pour que l'Homme le maitrise et le propager à l'ensemble de la population humaine.
D'autres sont hostiles à cette mutation qui n'est pas naturelle et qui n'apportera rien de bon. Le gêne permettant d'avoir des pouvoirs est un venin et il faut le combattre en le soignant.
Teresa faisait partie de cette seconde équipe. Elle ne supportait pas d'entendre les propos de certains de ses collègues. Elle ne faisait confiance à personne dans le laboratoire. C'est pour cela que cela ne la dérangeait pas de rester quelques heures de plus le soir, et de poursuivre ses recherches, seule.


Le téléphone sonna. Teresa ne répondit pas dans un premier temps, mais la personne insistait. Alors la jeune femme pensait que c'était sa co-locataire au bout du fil et décrocha le combiné. Non, c'était les urgences. Un médecin avait vu de la lumière dans le laboratoire, quand il est sorti fumer une cigarette et comme les urgences manquaient de médecins et que plusieurs blessés allaient arriver, il décida d'appeler.

***Bonsoir, c'est Peter Watson des urgences. Excusez-moi de vous déranger dans votre travail, mais, nous sommes déborder et nous avons cruellement besoin de plusieurs médecins. Pouvez-vous descendre une petite demie-heure ou une heure pour nous aider? Nous sommes débordés ! SVP !***

Teresa fut surprise et n'avait pas le courage de refuser, même si elle n'avait aucune envie de descendre car elle sentait qu'elle était sur le point de trouver un résultat intéressant. Elle accepta tout de même en se disant que peut-être elle sera utile à certaines personnes, peut-être des victimes de ces mutants. Elle les soignera avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 1:44

    - Putain de tireur embusqué !

    Avec toute la poésie qui lui était propre et qui n’était pas réellement nécessaire en de telles circonstances, Ashton avait eu ce besoin d’exprimer haut et fort le fond de sa pensée, comme si cela avait pu seulement l’aider à prendre le dessus, tant sur son affliction que sur sa colère, tout en stimulant ses réflexes. Pour dire vrai, le résultat était franchement concluant car il ne lui fallait rien de plus pour reprendre le contrôle de la situation et se relancer de nouveau. Erreur commise ne serait ainsi par réitérer, et il fallait dire que recevoir une salve de balles puis une autre égayait autant son humeur que le poussait à sa régression. Lunatique de ce côté-là, Ashton avait, en tous les cas, toutes les cartes en main, et c’était à son tour de jouer.

    Portant sa main droite, tenant toujours son Desert Eagle, à son épaule gauche, il fut satisfait de voir que tout n’était que plaie superficielle. Ceci dit, la jeune femme qu’il couvrait et protégeait de son propre corps perdait décidemment toujours autant de sang au niveau de l’abdomen, et le temps n’arrangeait rien. Ashton n’était sans doute pas médecin mais il savait exactement ce qu’une perte de sang signifiait. Il fallait agir promptement, tout en tâchant de ne pas se faire tuer en sortant subitement. Evidemment, avancer avec une blessée grave ne l’aiderait pas, mais Ashton n’allait pas abandonner de sitôt cette femme, et il était probablement prêt à donner sa vie.

    - Tenez bon, j’en ai pour deux minutes.

    Et il comptait respecter cette promesse. En fait, il n’eut guère tant de peine qu’il ne l’avait imaginé à se tirer de cette situation hostile et accablante. Il lui fallut avant tout se hisser sur plus avant, et repérer ce qui n’était autre qu’un militaire dissimulé derrière une vieille barricade rudimentaire au coin de la ruelle. L’armée avait investi New York depuis un moment, mais Ashton n’avait toujours pas compris pourquoi celle-ci s’obstinait à garder des tueurs dans leur rang. En tous les cas, il se montra à son adversaire qui braqua sur le champ sa mitraillette Thompson sur lui, et Ashton n’eut plus qu’à esquiver, se jetant un peu plus loin. Faisant ainsi le détour nécessaire et proscrit, il contourna son ennemi, et reparut derrière lui. Une seule balle suffit, et il ne la regretta pas.

    Après cela, le temps eut la sale manie de s’échapper trop rapidement, et Ashton due prendre son mal en patience, et faire au mieux. Il était revenu promptement auprès de la jeune femme blessée, et, après avoir soigneusement rechargé et rangé son arme à sa ceinture, juste en bas du dos, il prit la victime dans ses bras. Ce n’était probablement pas la plus rapide des solutions mais les seuls véhicules qui roulaient encore étaient ceux de l’armée. A force de peine et de transpiration, Ashton pue gagner les urgences de la ville. Sachant pertinemment que le temps était compté, mais sans savoir si elle était encore en vie, il pénétra dans les lieux.

    - Ramenez-vous.

    Un médecin arriva, ou plutôt, un membre du personnel compétent. Ashton se moquait bien de qui il était, et il laissa cet inconnu se charger de prendre en charge la jeune femme. L’endroit était bondé, totalement rempli, et alors que la jeune femme qu’il avait emmenée s’en allait dans les abysses de ce lieu réputé pour sa dangerosité en définitive, il se sentit un moment perdu. Il savait qu’une pointe de fièvre le gagnait à cause de sa blessure, et avant qu’il n’ait eu le temps de protester un autre médecin, ou membre du personnel compétent encore une fois, lui indiqua sévèrement de s’asseoir sur un lit, et d’attendre qu’un médecin vienne examiner sa blessure. Ashton aurait eu envie de broncher, mais il n’y parvint pas. Il se contenta de rabattre franchement sa veste sur le bas de son dos, et cligna plusieurs fois des yeux pour être certain de rester conscient. Ce n’était rien, juste une petite blessure. Non ?

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 18:05

Teresa était descendue aux urgences. Elle était en colère car elle pensait à ses recherches qui pour la soirée n'avanceraient plus. Elle n'était pas restée des heures en plus à l'hôpital pour faire les médecins urgentistes, surtout que dans le monde des urgences, on sait à quelle heure on commence, jamais à quelle heure on finira. Ce sont les souvenirs qu'elle gardait de son internat.
Bon, je m'occuperai d'un ou deux malades et puis je partirai. Ça leur laissera le temps de renforcer leur équipe, pensa-t-elle. Elle se dirigea ensuite vers l'accueil et on lui donna un dossier. Il s'agissait d'un jeune homme du nom d'Ashton Benett, blessé par balle. Il se trouvait dans la salle 3.

La jeune femme se dirigea vers la salle 3, et après avoir frappé à la porte, entra.
Monsieur Ashton Benett. Je suis le médecin Teresa Garcia. Je vais m'occuper de votre blessure.
Puis, elle s'approcha du blessé.
La balle n'a touché aucun organes vitaux. Vous avez eu de la chance. On pourra l'extraire très facilement. Que s'est-il passé ? demanda-t-elle.

En attendant que le jeune homme lui réponde, elle le regarda enfin dans les yeux. Ce geste traduisait, peut-être, l'attente d'un commencement de discussion. En effet, la jeune femme lorsqu'elle était entrée dans la salle où se trouvait le blessé, s'était à peine adressé à lui en le regardant. Elle agissait, certes de manière professionnelle, mais avec très peu d'humanité. Après quelques minutes, elle avait enfin réalisé que derrière cette blessure, il y avait un être humain, qui en plus souffrait. Cela se voyait par ailleurs dans son visage, il transpirait. Il devait se comportement autrement face à ce dernier.

Tenez le coup, monsieur ! Je vais vous donner quelquechose pour calmer votre douleur. Et puis, je vous ferai une anesthésie locale et je vous retirerai cette balle, disait-elle d'une voix douce qui se voulait rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 18:27

    - Il ne s’est rien passé. Je vais bien, je sais encore reconnaître quand une simple balle au travers de l’épaule est grave ou non.

    De marbre, totalement. Elle avait peu d’Humanité ? Elle ne connaissait pas Ashton dans ses mauvais jours, et c’était un très mauvais jour pour lui, donc très certainement qu’il allait bientôt l’être également pour elle. Evidemment, il n’y avait pas de justice, mais ce n’était pas réellement une nouvelle non plus, il fallait le souligner. Le simple fait qu’il ait dû sauver cette femme – si tant est qu’il l’ait réellement sauvé – d’un malade mental s’amusant à tirer à tout va sous prétexte qu’il fait partie de l’armée prouvait bien que la justice avait depuis bien longtemps quitté New York, les Etats-Unis mais également la Terre d’une manière générale. Cette Teresa Garcia allait devoir faire avec le caractère borné et intenable d’Ashton, pour le pire, et surtout le pire d’ailleurs.

    - Je vous demande seulement de me l’enlever. Garder l’anesthésie pour des gens qui en ont plus besoin que moi.

    Il était parfaitement sérieux, et il le lui montra avec ferveur lorsqu’il avait l’occasion de croiser son regard. Ashton était un homme qui se trouvait déterminé pour énormément de choses, et il fallait dire qu’il n’avait pas tellement envie de perdre du temps dans un hôpital, surtout s’il devait accaparer un médecin qui serait bien plus utile autre part. Pour sûr, il avait un bon fond, mais ce n’était pas pour autant qu’il devait le montrer, et il comptait bien le prouver encore une fois. Ce n’était pas la première fois qu’il se montrait odieux, et ce ne serait probablement pas la dernière. Pauvre de elle, mais c’était ainsi, elle allait devoir lui retirer la balle de cette manière, ou il le ferait lui-même.

    La douleur ne lui faisait pas peur, pas plus que la mort elle-même. Battu pendant toute son enfance, Ashton avait enduré assez de souffrances pour se croire intouchable. Evidemment, son corps en gardait les séquelles, mais son esprit en était tellement torturé que s’en prendre à son physique était inutile. Ce syndrome avait été détecté par les médecins lors de son intégration au centre, mais avait été jugé bénin aux vues de tout ce qu’il avait vécu. Ashton avait des tendances bien plus inquiétantes que le refus de percevoir la douleur physique. Il souffrait, c’était incontestable, mais c’était sans importance à ses yeux.

    Il porta enfin un regard critique à son épaule. Oui, la balle avait bien pénétré, et il se sentait un tantinet fiévreux, cependant, il ne perdait pas assez de sang pour perdre conscience de sitôt. Il avait besoin de soins, sans aucun doute, et il le savait, mais il n’allait pas s’éterniser pour autant. Il se défit simplement de sa veste, conservant son arme où elle était sans y porter plus d’attention, et après avoir découvert son épaule ensanglanté, il y passa sa main libre en en retirant une petite quantité de liquide pourpre. Il ressentait à peine ce mal, mais ses maux d’esprit le reprenaient. Il reporta son attention sur le médecin.

    - Vous êtes prête, oui ou non ?

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 20:42

Le jeune homme souffrait et pourtant il jouait les gros durs, refusant tout traitement calmant la douleur, refusant l'anesthésie. Qui ne souffrirai pas dans un tel cas ? Avoir une balle près de l'épaule, une zone remplie de nerfs, donc sensible. Qui ne serait ravi de voir la douleur s'atténuer et disparaitre ?
Teresa n'avait pas envie de discuter sur les soins qu'elle devait prodiguer avec le blessé. Elle n'avait pas le temps et le ton du jeune homme, de plus, l'agaçait.

Gardez l'anesthésie pour les gens qui en ont plus besoin que moi, avait-il dit. Il croit peut-être que l'hôpital en est à faire ce genre d'économie de bagatelle ! Ce qui importait à Teresa s'était de soigner son patient et elle n'avait que faire de ses humeurs. Et malgré ce que lui a dit ce dernier, il sera anesthésié car elle a autre chose à faire que prendre le risque de complications car il aura bougé le bras à cause de la douleur.

Ecoutez extraire une balle est quelquechose de très douloureux et il faut que je sois très précise dans mes gestes. Je ne veux pas prendre le risque que vous puissiez bouger à cause de la douleur. Donc je vous anesthésierai la zone mais vous resterez éveillé, je vous rassure.


Puis, Teresa ouvrit le tiroir d'une armoire fermée à clé. Elle y prie une ampoule et une seringue et mit le produit de l'ampoule dans la seringue. Elle prit ensuite un plateau qu'elle déballa et le posa sur le charriot. Il y avait à l'intérieur de celui-ci des compresses, ciseaux, bistouris, pinces, gants. Elle n'oublia pas de prendre enfin de la bétadine et de l'eau stérile. Elle approcha enfin le charriot du lit du patient.

Vous m'avez pas répondu. Que s'est-il passé ? Je dois signaler tous les blessés par balle. Savez-vous qui vous a tiré dessus ? demanda le jeune femme.

En attendant la réponse du jeune homme, la doctoresse prit la seringue et s'apprête à lui faire l'anesthésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 21:06

    - Je vais être honnête avec vous : il y a de cela trente six jours pour être précis, je me suis moi-même extirpé une balle de douze millimètres avec un couteau en plein Central Park. Alors, croyez-moi, je sais ce qu’est la douleur.

    Lorsque les psychologues avaient établi sa capacité à faire abstraction de la douleur, un choc traumatique de longue durée avait été diagnostiqué, mais les médecins n’avaient pas cru nécessaire de le faire consulter davantage à ce sujet. Ashton était resté dans ce centre pendant des années, et il avait toujours conservé cette capacité assez étrange et perturbante finalement à ne pas percevoir la souffrance, tant que son esprit ne s’y pliait pas. Il l’avait prouvé il y a plus d’un mois puisqu’il s’était, en effet, lui-même retiré une balle dans la cuisse sans problème. C’était d’ailleurs grâce à cela qu’il avait réussi à rejoindre un centre de soins urgentistes et qu’il avait enfin reçu les soins plus sérieux et appropriés. Toujours était-il que s’il ne s’était pas retiré cette balle, il serait mort, au milieu des autres cadavres de Central Park.

    Pour en rajouter davantage, Ashton ne supportait pas les seringues. Ce n’était pas le caprice d’un gamin qui a peur de se faire mal, mais un autre traumatisme engendré par son incorporation à ce centre. Ayant été reconnu irresponsable de l’homicide qu’il n’avait pas prémédité, il s’était retrouvé en soins spéciaux, dans le but de calmer ses tendances violences, et la majeure partie du temps, les anesthésies semblaient la meilleure des solutions pour le médecin le suivant. Il avait enduré seringue sur seringue, se droguant quasiment contre sa volonté. Il avait passé des mois dans un état de torpeur total, et, à ce jour, aucune autre aiguille n’avait touché sa peau. Il fallait croire qu’il n’allait pas laisser la situation se passer comme elle le voulait.

    - Vous devez signaler les blessés par balles ? Non, mais c’est une blague ? On est à New York, en temps d’après guerre … Vous avez déjà mis le pied en dehors de cet hôpital ? Pendant que vous vous prenez la tête à vouloir m’anesthésier, il y a des gens qui se prennent des balles à tout va.

    Fronçant les sourcils au fil de ses paroles, Ashton ne pouvait guère être plus sérieux qu’il ne l’était déjà. Il avait déjà été témoin ou orchestrateur de tellement de meurtres qu’il ne supportait plus de rester inactif. Ayant de surcroît un côté sociopathe soit disant « guéri » dans son enfance, Ashton était peut être insensible à ôter la vie, mais il ne l’était pas à le voir, et c’était toute la différence. La femme qu’il avait amené allait peut être mourir de la suite de sa blessure, et lui n’aurait plus qu’à passer son chemin. Frustré était le meilleur des mots pour le décrire, mais il n’y pouvait jamais rien.

    - Je ne sais pas si vous vous êtes déjà faite tirer dessus, mais croyez moi, on a autre chose à faire que de nous signaler.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 20 Jan - 23:37

Donc pas d'anesthésie si je vous suis bien ? Si c'est votre souhait ! Ne bouger pas par contre. Ne me faites pas regretter d'accepter votre volonté, disait-elle d'un ton arrogant.

Quel entêté ce type ! Quelle fierté à la con ! Il est à l'hôpital, je peux lui retirer sa balle et arrêter ses souffrances ; mais non, il préfère jouer les camicases en se donnant des allures de héros.
J'espère qu'il sera retenir sa douleur, car s'il bouge et me fait faire une fausse manipulation, et ainsi perdre mon temps, il en bavera pour sa stupidité. Il aura alors, qu'il le veuille ou non, son anesthésie, même si je dois appeler du renfort.

Mais dites-moi, vous êtes habitué à ce qu'on vous tire dessus apparemment ? C'est dû à votre métier, non ? Que faites-vous ? Vous êtes militaire ou je me trompe ?

En prononçant ses mots, Teresa réalisa que le jeune homme était surement un ... mutant. En effet, la plupart des militaires l'étaient devenus et quelqu'un qui se fait tirer dessus deux fois en un mois, ne peut-être qu'un militaire ou un combattant.

Un mutant ! Voila ce qui se tenait en face d'elle, pensa la jeune femme. Parait qu'ils se font la guerre entre eux. Certains parfois meurent. Ce n'est pas une perte pour l'humanité. Ils sont nuisibles aux véritables être humains, comme moi, comme beaucoup de New-Yorkais, qui deviennent de plus en plus rares car tués par ces mutants.

Teresa ne voulait pas soigner le jeune homme. Soigner un mutant, quelle horreur ! Elle se le refusait.
En posant la seringue sur le charriot, elle lança au spécimen :

Vous n'avez pas le pouvoir d'arrêter les balles, apparemment ou de vous guérir, sinon vous ne seriez pas là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Lun 21 Jan - 20:40

    Ashton connaissait ce regard. Il ne le connaissait que trop bien. La paranoïa s’était emparée de tout New York, sinon de toute la Terre, et les yeux d’un accusateur n’étaient guère rare en ce temps « d’après guerre » qui avait parfois des allures simples mais cruelles de « guerre » à proprement parler. Les combats faisaient toujours rages. En réalité, on se serait presque cru – avec des connotations dramatiques – durant la Seconde Guerre Mondiale, avec l’extermination des populations dites « malades » soient les juifs, les ethnies de tout lieu, et bien d’autres, qui étaient reflétés en ce temps par les êtres dotés de « mutations » ou de « pouvoir ». Une vraie chasse à l’Homme se déroulait, et Ashton y prenait part. En revanche, ce n’était pas du côté que ce médecin semblait le croire.

    - Je ne suis pas comme « eux ».

    Si le dédain qu’il avait mis pour appuyer le dernier mot ne suffisait pas à le convaincre du dégoût qu’il éprouvait, Ashton ne pouvait guère faire mieux. D’une manière générale, on ne le confondait pas bien longtemps avec ce qu’il qualifiait souvent « d’hybrides » - quoi qu’il n’y ait pas réellement de comparaison possible – tout simplement parce qu’il était souvent l’assassin de l’un d’entre eux la seconde qui suivait le doute. Sans état d’âme, lorsque la preuve d’une appartenance à cette « catégorie » lui était avancée, il ne lui fallait guère plus de quelques secondes à Ashton pour dégainer et tuer.

    Quoi qu’il sache montrer sa conviction avec ferveur, Ashton sentait la menace qui pesait sur lui si elle ne le croyait pas. Ceci, il avait une solution à l’appel. Elle était métallique, pesant approximativement deux kilos, mesurait vingt bons centimètres d’envergure, était munie de dix balles de plomb, renforcées au carbone. La solution ? Un Desert Eagle, neuf millimètres, qu’il avait très bien en main. Qu’elle refuse d’obtempérer était une chose, mais si elle en venait à menacer sa vie, il avait également ses moyens de pression. En réalité, s’il n’avait pas eu besoin de médication après l’extraction de la balle, il se la serait enlevé tout seul. Ce qui ne faisait pas partie de ses alternatives.

    - Et ce n’est pas parce que j’ai encaissé deux balles en deux moins que j’ai « l’habitude » de recevoir des balles.

    Quoi que lorsque l’on considérait sa peau, en dessous de sa chemise, Ashton était le sympathique possesseur d’une dizaine « d’impacts » encore visible, cicatrices d’un passé à risque, et pas que de son enfance. Coups de couteau, coups de matraque, coups de poings plus simplement, éclats de verre, de tir, d’obus à sous munitions … Ashton n’était pas un militaire mais désormais lorsque l’on vivait à New York, il fallait cohabiter avec l’armée justement, et chacun avait ses armes.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Ven 25 Jan - 20:52

Je ne suis pas comme eux, avait dit le patient. Il avait accentué le mot "eux". Pourquoi ? Était-ce quelqu'un de sensé, qui ne supportait pas la présence sur Terre de mutants ? Ou au contraire, un menteur qui joue son rôle ? Teresa doutait de la sincérité du jeune homme. Mais que pouvait-elle faire ? Elle est médecin, elle a le devoir de soigner. Elle pensa à la possibilité de changer de patient avec un de ces collègues médecins ? Mais ces derniers sont tous débordés et en plus, comment justifierait-elle sa démarche ?
Teresa réalise dans ces instants, à quel point il est difficile de respecter le serment d'Hippocrate. Et oui ! Tout médecin s'est retrouvé un jour ou l'autre devant ce dilemme : le devoir de soigner et sa morale. Comment soigner un mutant, alors que la jeune femme travaille des heures et des heures pour que ces derniers disparaissent ? D'autres médecins se sont posés cette même question lorsqu'ils ont dû soigner des tueurs en série, des violeurs, etc.
Teresa se trouvait, là, debout, devant cette "chose" qui certes est blessé mais avec encore beaucoup de capacités, peu trop même au goût de la doctoresse, ce qui l'oblige à une grande prudence. Que pouvait-elle donc faire ? Pas grand chose, mis à part soigner l'individu en question.


Vous avez l'air de ne pas les aimer ?! affirma-t-elle.

Mais cette interrogation la tourmentait. Elle voulait en savoir davantage. Mais elle devait rester prudente car elle ignorait la réaction du jeune homme, si elle venait à le froisser. En effet, malgré la présence d'agent de sécurité dans l'hôpital, la vie de la jeune femme dépendait du patient à priori humain. Il ne lui suffisait que de quelques secondes pour lui faire du mal ou pire la tuer. La jeune femme lorsqu'elle commença à soigner le jeune homme, la présence de son revolver. C'était au moment où elle s'était approcher de lui pour lui faire la fameuse anesthésie qu'il refusa. La vision de ce revolver la glaça et la révolta davantage.
Devoir soigner ça ! révoltait la jeune femme et pourtant elle n'avait pas le choix. Elle essaya de rester agréable, non seulement pour survivre mais aussi pour en savoir plus sur son patient.


Ce sont "eux" qui vous ont tiré dessus ? Mais si je peux vous donner un conseil, vous devriez faire attention, car jusqu'à maintenant vous avez eu de la chance, les balles que vous avez reçu n'ont touché aucun organe vitale. Mais il suffit de quelques centimètres. J'espère que ça ira et que je ne vous verrais pas, un jour, dans un état plus grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Sam 26 Jan - 12:08

    « Vous avez l’air de ne pas les aimer » ? Non, sans blague ? Une aberration de la génétique humaine, une erreur totale de la nature qu’il tentait ardemment depuis pas mal de temps maintenant de rayer totalement de la surface de New York. Son action était sans doute isolée, mais il n’avait nullement besoin d’agir à grande échelle, surtout qu’il ne supportait pas d’être « lié » à qui que ce soit, autre que lui-même. Il tuerait toutes les personnes en possession de pouvoirs qui oseraient croiser son chemin, et il le ferait sans aucun état d’âme. De toute façon, cela ne la regardait pas, et Ashton ne se sentait pas dans la nécessité de se justifier, ou de lui exposer son point de vue. Il ne répondit donc pas.

    Qui lui avait tiré dessus ? L’armée, évidemment. Truffée de ces « monstres », Ashton savait qu’il n’y avait aucun allié, car il était pratiquement persuadé que même les plus éminents des gradés devait être atteint de cette mutation. Il puisait seulement dans les ressources de l’armée qui était la mieux équipée de tout New York, et le stock tant d’armes que de vivres qu’il possédait en provenait. Quoi qu’il en soit, il avait abattu un soldat un peu plus tôt, mais n’en éprouvait aucun regret. Et il détestait le regard qu’elle portait sur elle. Elle le jugeait visiblement, alors qu’elle ne savait rien de lui, et qu’elle était de surcroît dans l’erreur. Ashton ne contint pas plus longtemps son esprit provocateur.

    - Vous vous moquez bien de savoir si je mourrais un jour, alors épargnez-moi cet instant fictif de prévoyance. Soit vous daignez me retirer cette balle, soit je le ferai moi-même. En tous les cas, je ne vais pas y passer une décennie.

    Il appuya le regard qu’il portait sur elle pour l’inciter à se décider au plus vite. Ashton gardait la certitude qu’elle était parfaitement « normale » si bien qu’il se refusait à lui faire quoi que ce soit. Tout du moins, tant qu’elle ne menacerait pas sa vie, il n’y aurait pas de raison. Il n’y en avait pas non plus pour qu’elle égrène ainsi le temps sans raison. Soit elle s’exécutait, soit il se débrouillerait, il ne se sentait pas à la disposition de ses doutes.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 27 Jan - 17:29

Calmez-vous ! répondit la jeune femme.

Puis, Teresa prit le flacon de bétadine versa celle-ci sur une compresse qu'elle utilisa pour nettoyer la zone blessée par l'impact de la balle. Puis, elle déballa le bistouri de son sachet et avant de commencer prévint le blessé afin d'éviter que celui-ci soit surpris et ne bouge.

Attention, je vais ouvrir la zone pour pouvoir attraper facilement la balle. Ne bougez pas, ce sera pas long.

Teresa fit des gestes précis. Elle n'avait certes pas l'habitude de les faire et donc elle était doublement prudente car elle ne voulait pas s'attarder, et de plus, elle craignait la réaction du patient en cas d'erreur.
Une fois que la balle était bien visible et la zone alentour dégagée, la doctoresse prit une pince et la retira sans difficulté. Elle posa la balle sur le charriot. Elle désinfecta ensuite la zone blessée, de nouveau avec de la bétadine, puis de l'eau stérile et avec une aiguille et du fils, elle referma la plaie en faisant un point. La blessure était enfin fermée.


Vous n'aurez pas besoin de revenir, le point disparaîtra dès que votre peau cicatrisera, dit-elle au jeune homme.

Teresa protégea enfin la blessure par un pansement et prit une ordonnance.
Êtes-vous allergique aux antibiotiques ? Sinon je vous en prescrirai pour que votre blessure ne s'infecte pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 27 Jan - 19:25

    Et elle recommençait à parler inutilement alors qu’il lui demandait seulement de retirer cette maudite balle qui commençait à sérieusement lui brûler la chair. A croire qu’il aurait mieux faire de sortir un couteau et de le faire lui-même. Evidemment, ça aurait été cent fois plus douloureux, et il aurait eu encore plus besoin de soins, mais au moins il n’aurait pas eu besoin de se justifier devant une femme qu’il ne connaissait pas, et surtout de la presser longuement pour qu’elle daigne enfin pénétrer la plaie et en extirper le douloureux projectile. On ne pouvait pas tout avoir, et il songeait encore une fois qu’éviter d’être pris pour cible serait la meilleure des résolutions. Résolution qu’il ne tiendrait évidemment pas.

    Se contentant de serrer les dents, Ashton ne regarda même pas. Il n’avait aucun problème avec le sang, ou même avec des plaies sérieusement inquiétantes, mais la vision n’aurait pas amenuisé la douleur. Il se contenta donc de se focaliser sur autre chose. Quelque chose qui lui permettrait de se concentrer suffisamment pour ne s’occuper que de cela. Il tomba d’ailleurs très rapidement sur un problème de règlement de comptes qui allait se faire pressant. Sachant qu’il ne pourrait pas utiliser convenablement son épaule avant plusieurs jours, les prochains allaient être principalement consacrés à une préparation minutieuse, mais également à un petit rangement. Son appartement en avait bien besoin.

    Alors qu’il divaguait de plus en plus et que la perte de sang n’y était pas étrange, il fut rappelé par la voix du médecin. Il se tourna vaguement vers elle. Il posa les yeux sur sa blessure ayant recouvert un tant soit peu de prestance, et il fut satisfait de voir qu’elle avait bien choisi son métier. Il croisa ensuite son regard, pas réellement reconnaissant, Ashton ne savait pas ce que c’était. Disons seulement qu’il n’était ni trop fier ni trop sot, mais que la politesse avait pu être oublié à partir du moment où il avait reçu des coups et des sévices pour seule éducation.

    - Donnez moi seulement le nom des produits en question, j’ai tout ce qu’il faut.

    Tandis qu’il se persuadait lui-même qu’avec la mini infirmerie que renfermait son appartement suffirait à tous les soins, il se redressa, vacilla légèrement, avant de se reprendre. Il inspira quelques instants, jaugeant son propre état. Rien d’inquiétant, mais il ne se sentait pas vraiment bien. Il s’assura que son arme était toujours en place, et une fois cela fait, il récupéra le peu d’affaires qu’il avait pu semer ci et là. Il n’avait aucune envie de s’éterniser par ici, et il supportait difficilement le regard qu’elle posait sur elle.

    - Je peux récupérer la balle ?

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 27 Jan - 20:07

Aminocide. Mais, c'est un médicament qui est vendu uniquement sur ordonnance. Je vais vous en prescrire ; si vous en avez déjà chez vous, vous jetterez l'ordonnance.

Quel étrange personnage ! Pourquoi était-il aussi pressé ? Pourquoi refusait-il toute aide ? Et pourquoi voulait-il récupérer la balle qui l'avait blessé ? Faisant-il collection de ces balles reçues, pensa-t-elle, un court instant, ce qui la fit sourire.

Pour la balle, je suis désolée, mais le règlement stipule qu'il faut garder tout ce que nous pouvons récupérer suite à un blessure occasionnée par un tiers.
Donc je dois garder la balle et ce sera à la police qui décidera si elle fait quelquechose ou non, si elle décide d'ouvrir ou non une enquête.


C'est alors que la jeune femme décida de tenter d'en savoir un peu plus sur son patient. Par qui avait-il été blessé ? Est-ce par un mutant et la manière dont il avait dit "eux" traduirait alors son dégoût réel envers cette dégénérescence. Ou est-il un militaire en mission, avec probablement des pouvoirs ? Ceci expliquerait le fait qu'il soit aussi pressé.
La jeune femme ajouta ses quelques mots.

C'est pour cela que je vous ai demandé si vous connaissiez ceux qui vous ont tiré dessus. Je dois faire un rapport de tous les patients que j'ai soigne. Et c'est une des questions à laquelle je dois répondre concernant ceux qui ont été blessé par un tiers.

La doctoresse s'arrêta quelques instants, le temps de réfléchir à la formulation de sa question car elle voulait en savoir davantage, mais elle ne voulait pas irrité le blessé qui n'était point commode. Cette dernière voulait savoir si le jeune homme faissait partir un de ces mutants ; et elle a dû soigner. Quel horreur ! Ou avait-elle, en face, quelqu'un qui haïssait aussi ces hybrides. Dans quel cas, peut-être pourraient-ils les combattre ensemble. En effet, ils pourraient se compléter : il a la force, elle la science.

Nous voyons ici, régulièrement, des blessés dans un état grave à cause des personnes ayant des pouvoirs. Ils ne les maîtrisent pas toujours ou les utilisent pour détruire celui qu'ils veulent combattre. Mais, c'est un combat alors déséquilibré.
La manière dont vous m'avez répondu, ... j'ai l'impression que vous ne les aimez pas beaucoup. Ce sont "eux" qui vous ont blessé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 27 Jan - 20:51

    - La police ?

    Ashton leva les yeux au ciel. La police ? La bonne blague ! Passés Manhattan, les hommes de lois n’avaient plus aucun droit et une espérance de vie très faible. Passés ce quartier, ils n’avaient plus aucun pouvoir, tout du moins, pas plus que celui que leurs octroyait leurs armes, et autant dire qu’il était minime en comparaison de l’artillerie dont disposaient tous leurs ennemis potentiels. Ashton n’avait besoin de personne d’autre pour savoir qui lui avait tiré dessus. En l’occurrence, il n’aurait même pas besoin de retrouver le concerné puisqu’il était déjà mort, à quelques rues. Un militaire. Et surtout un « mutant ». Ashton en était d’ailleurs satisfait, mais il voulait néanmoins récupérer cette balle Elle n’en tirerait rien, et il était prêt à lui apprendre ce qu’il faisait des « règlements ». Ils vivaient dans un monde où la seule règle à respecter était la sienne, et ce n’était plus à force de ce genre de règles que l’on sauvait sa vie.

    Il n’arriverait jamais à lui faire comprendre. De toute façon, il n’avait pas envie de risquer sa vie indéfiniment alors qu’elle semblait vouloir sa tête. Ashton était peut être provoquant et fier, mais il n’était pas suicidaire. Bien au contraire, il tenait à sa vie, quoi qu’elle puisse valoir, et, pour le moment, il voulait s’en aller au plus vite. L’ennui, c’était qu’elle posait bien trop de question. Est-ce qu’il lui demandait ce qu’elle faisait de sa vie ? On ne pouvait pas répertorier tous les blessés par balle, et encore moins les morts. Honnêtement, elle n’avait rien de mieux à faire que d’enquêter sur lui. Son job c’était médecin, non ? Pas policier ou militaire. Si elle n’apprenait pas à se mêler de ce qui la concernait, Ashton ne le ferait pas pour elle.

    Un combat déséquilibré, non vraiment ? Pourquoi était-il tant poussé aux sarcasmes à chaque fois qu’elle lui disait quelque chose ? Ashton n’en avait aucune idée, mais il s’y pliait de bon gré. Les hommes avaient subi des mutations, et quelles qu’elles soient, il entendait bien réparer cette erreur, par le sang s’il le fallait. Il voulait sauver son existence et celle de ceux qui le méritaient. Il ne voulait pas entendre de« manque de contrôle » ou quoi que ce soit d’autre. Chaque fois qu’il croisait l’un d’entre eux, il y risquait sa vie, et il le savait parfaitement. Aucun de ces êtres n’avait survécu à une rencontre de ce type. Après tout, Ashton était un assassin né, et confirmé, et sachant qu’il devrait forcément mourir pour sa cause, il entendait faire plus de pertes dans le camp opposé avant cela.

    - Expliquez moi comment je pourrais aimer ces aberrations.

    Avec un dédain profond, il avait concédé la réplique. Il se moquait bien maintenant qu’elle le croit ou non, il n’avait aucune envie qu’elle lui rappelle toutes les raisons qui faisait qu’il désirait l’extermination de ces « êtres humains ». A quoi bon s’enchaîner à ses douleurs et à ses questions ? Aller de l’avant était encor e la meilleure des solutions. Il soutint le regard de son interlocutrice pendant quelques secondes encore, avant de se répéter quelque peu :

    - Je veux récupérer ma balle.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Lun 28 Jan - 0:17

Pour la balle, je vous ai déjà répondu, normalement je devrais la garder. Ensuite je touche un salaire de misère alors je vais vraiment pas me battre pour la conserver. Donc, si vous la voulez, prenez-la !

La doctoresse avait répondu au blessé sur un ton irrité. Il l'agaçait profondément. Ses réponses, qui n'en étaient pas réellement, ne permettaient jamais à la jeune femme de savoir où elle en était. Pourtant, elle l'écoutait attentivement et elle essayait d'analyser ses moindre propos. Elle en vint à la supposition qu'il détestait réellement les mutants et que ce n'était pas de la comédie. Avait-elle raison ?
"Expliquez-moi comment je pourrais aimer ces aberrations", avait répondu le jeune homme. Voilà un vocabulaire proche du sien, des termes qu'elle utilise ou pense lorsqu'elle fait référence à ces mutants.


Les combattez-vous, ces aberrations ? demanda la jeune femme en regardant le blessé dans les yeux. Elle insistait sur son regard comme pour lui demander ce qu'elle n'osait verbalement.

Elle baissa ensuite les yeux. Elle ne pouvait pas en dire davantage. Secrètement, elle espérait que le jeune homme tue tous les hybrides qu'il croisera, voir même qu'il provoque leur rencontre pour les tuer.
Son travail à elle, c'était de soigner, de réparer ces erreurs de la nature. Elle devait trouver le médicament qui détruise le gêne du pouvoir. Ses recherches avançaient, mais pas assez vite. Et même une fois le médicament découvert, ce ne sera pas évident de le distribuer. C'est pour cela que des personnes, qu'on appelaient les "nettoyeurs" étaient essentiels.
Dans ce sens, Teresa pouvait être une allié de Ashton, mais celui-ci ne le savait, et il n'était pas évident pour cette dernière de lui dire, d'autant plus que celui-ci n'était pas vraiment à l'écoute.


Elle murmura les mots suivant :
Si c'est le cas, je vous souhaite sincèrement bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Lun 28 Jan - 16:52

    Elle n’eut pas besoin de le lui répéter. Ashton revint sur ses pas, récupéra la balle en question, et la glissa dans la poche intérieure de sa veste sans ajouter quoi que ce soit. Il n’avait pas envie de se justifier, et encore moins de s’éterniser ici. Il avait simplement voulu récupérer cette maudite balle s’étant fichée dans sa chair. Y avait-il quelque chose de mal à cela ? Peut être était-ce tout de même quelque peu malsain, mais il n’avait pas le temps de faire ce genre de considérations. Il voulait seulement quitter cet hôpital avant que quelqu’un de plus obstiné que ce médecin ne vienne à poser des questions plus dérangeantes encore. Déjà qu’elle s’intéressait de bien trop près à ce qu’il pensait de ces « mutants ».

    Qu’y avait-il à dire si ce n’est qu’il détestait cordialement et ardemment ces êtres dotés de ce que l’on nommait « don » et qu’il appelait légitimement « maladie » que la contagion semblait être le moteur. Il vouait une haine sans précédent à ces hommes et ces femmes, il voulait leur mort, il en avait déjà tué tant. Meurtrier, il l’aurait été si ce n’avait pas été pour une cause qui lui paraissait si juste et si « normale ». Ashton ne regrettait pas ce sang qui souillait ses mains, pas l’ombre d’une seconde, il n’en était pas réellement fier non plus. Il avait seulement la sensation de tenir sa promesse, de demander pardon à tout ce pour quoi il avait failli. Il tenait son honneur au bout du canon de chacune de ses armes. Voilà quel était son sentiment pour ces êtres.

    Il ne répondit pas à sa question. Cela ne la regardait pas. Il les combattait, oui. Tant les combattaient, et pourtant, telle la pire des pestes, cette maladie ne cessait de se répandre, de s’affirmer et de détruire l’Humanité. Ashton jurait qu’il empêcherait cela. Les massacres ne faisaient que commencer, mais il comptait faire que sa fin ne tarde pas trop non plus. Isolé mais fort de son indépendance, Ashton savait que ses actions avaient moins d’impact qu’une « communauté », mais il préparait sérieusement une attaque de plus grande échelle. Encore à la supposition, il n’y pensait que rarement.

    Bonne chance ? Il avait tourné les talons mais s’était arrêté dans son élan. Il tourna la tête vers elle pour la considérer un instant plus sérieusement. Il ne comprit pas tout de suite pourquoi elle lui disait cela, mais ce n’était sûrement pas très important. En tous les cas, il ne revint par vers elle, se contenta de la jauger un instant, avant de lui adresser quelques mots :

    - Croyez moi, j’ai plus besoin de munitions que de chance.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Mar 29 Jan - 23:36

Teresa vit le jeune homme prendre la balle. Mais pourquoi tenait-il tant à l'avoir ? se demanda-t-elle. Mais la jeune femme ne fit aucun geste quand il l'a prise, car cela lui était égal. Et pour son rapport, elle écrira que le patient était armé et qu'il s'était montré menaçant. Ceci n'était pas tout à fait la vérité, mais cela aurait pu être le cas, si la jeune femme aurait insisté pour conserver la balle. Dans son rapport, elle écrira également que le jeune homme ne lui a pas dit qui lui avait tiré dessus. Pourtant la doctoresse restait convaincue que le blessé savait qui était son agresseur.

Teresa avait murmuré "bonne chance" à son patient. En effet, son sixième sens de jeune femme ou son intime conviction, appelez cela comme vous le voudrez, était que le jeune homme combattait les mutants, d'où son aversion pour ces créatures. Elle restait également persuadée qu'il avait été blessé par ces dernières.
Cependant, le jeune femme fut surprise d'entendre que le jeune homme lui avait répondu à son murmure, il l'avait donc entendu. Il me faudra plus de munitions que de chances, avait-il rétorqué


Ensuite elle lui répondit instinctivement, sans réellement avoir réfléchir et bien sure, sans s'être contrôler, sinon elle se serait tût :
Ben, j'espère que vous aurez assez de munitions, car ces créatures sont une plaies pour nous autres, les vrais humains.

Teresa regarda le jeune homme, un peu effrayée. Jamais, elle avait exprimé ainsi ce qu'elle ressentait. Elle savait pertinemment qu'elle n'avait pas le droit de le faire. Elle pourrait mourir pour avoir eu de telles paroles. Elle ne regrattait pas tant le contenu de ses dires mais le fait de les avoir exprimer.
Teresa ignorait quelle serait la réaction du jeune homme face à ces derniers mots. Elle s'approcha alors du charriot, qui avait servi à soigner son patient, et commença à débarrasser le matériel pour le jeter à la poubelle. C'est ainsi que celle-ci prit discrètement le bistouris, car elle craignait des représailles de l'individu. Si ces craintes s'avéraient exactes, elle a prévu un plan : surprendre son interlocuteur et le blesser, puis s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 3 Fév - 12:22

    Une idée venait de naître dans l’esprit du jeune Ashton mais il ne comptait pas l’exposer si facilement, sans être parfaitement certain de ce qu’il entreprenait. N’étant pas homme à sourire, il n’eut presque aucun mal à réprimer cette lueur d’amusement pour se concentrer à nouveau sur ce qui l’intéressait réellement. En effet, il fit un pas vers elle. Il se trouvait encore à une distance raisonnable, très raisonnable même, et prenait soin de la jauger intensément du regard. Il n’était pas tout à fait certain de ce qu’il devait faire, mais l’esprit d’Ashton était tel qu’il possédait toujours les ressources pour mener à bien les idées qu’il se faisait seul. Restait à savoir si elle pourrait le supporter et passer ce « test » avec succès. La réponse n’allait pas tarder à lui parvenir.

    Il mit sa main à sa ceinture, et il dégaina sans préavis. Il avait encore deux mètres d’écart avec elle, ce qui était suffisant pour que la balle parte plus vite qu’elle ne pourrait bouger. Il braqua le canon à un endroit stratégique du crâne : juste au niveau de l’encéphale lui-même pour être parfaitement certain qu’elle soit conscience de mourir sur le coup. Plus habile au combat à mains nues, il n’en restait pas moins un tireur adroit et expérimenté par des mois et des années à vivre et survivre dans la rue. Le visage d’Ashton s’était désormais réservé à une totale neutralité imperturbable, comme s’il avait voulu marquer une totale indifférence à l’égard de sa mort potentiel. Il fit passer son arme en semi automatique, et eut quelques mots :

    - Une plaie pour « nous » ?

    Ayant profondément appuyé sur le dernier terme en question, il ne la lâchait pas des yeux. Il fit un pas en avant qui le maintenait pourtant à une distance toujours extrêmement raisonnable. Ne pouvant prévenir sa réaction, Ashton voulait surtout la jauger et il restait à savoir si elle allait aller au bout de ses convictions même face à la mort ou si elle était en mesure de se rétracter par crainte. Ashton savait que lui n’aurait pas hésité à mourir pour ses idées mais il n’accordait pas de considération à quelqu’un dont il n’était pas certain des convictions affichées. Quel meilleur moyen que de juger cela devant la menace d’une arme ? Ashton en voyait des plus doux et des plus longs, mais il n’avait guère envie de perdre inutilement son temps.

    Il la maintint donc sous la menace de son neuf millimètres, imperturbable et à moitié silencieux. En effet, le regard neutre et impassible qu’il posait sur elle parlait pour lui, et comme s’il se faisait patient, il attendit une réponse. Il aurait été trop facile d’ajouter un soupçon de pression supplémentaire. Mieux valait pour le moment se contenter de maintenir la menace à une certaine distance, qu’il n’hésiterait pas à réduire si nécessaire. Respirant à peine, il ne bougeait pas d’un centimètre, bien décidé à obtenir sa réponse.


_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 3 Fév - 22:18

    Teresa sursauta lorsque le coup de feu partit. Elle avait conscience que le jeune homme ne l'avait pas visé. Mais elle se trouvait dans une situation très délicate car Ashton braquait son arme contre elle.

    Une plaie pour nous, a-t-il dit, reprenant les mots de la chercheuse.

    A cet instant précis, la jeune femme s'en voulait d'avoir dévoilé ces sentiments. Habituellement elle ne le fait pas car elle tient à sa vie. Mais elle avait eu un moment d'égarement et avait dit ce qu'elle avait dans le cœur. Elle était persuadée que le jeune homme détestait les mutants, mais apparemment elle s'était trompée.

    Ecoutez, je vous ai soigné et vous vous seriez prêt à me tuer, disait-elle d'une demie voix, contrôlant à peine ses émotions et des larmes commencèrent à couler.

    Teresa voyait son patient, imperturbable. Il ne bougeait pas. Il attendait qu'elle réponde. Teresa ne savait pas quoi dire.

    Ecoutez, je suis médecin et j'ai étudié le corps humain, pas l'évolution de celui-ci à travers quelquechose qui n'est pas naturelle.
    Ecoutez, j'ai vu de nombreux blessés qui viennent avec des blessures non soignables, à cause de l'utilisation des pouvoirs par les personnes en possédant.
    Ecoutez! Qu'est ce que vous voulez que je vous dise ! Vous êtes là, avec votre arme, en train de me menacer. Si vous voulez vous pouvez me tuer. Si le faites, apparemment, vous n'utiliserez pas votre pouvoir, si vous en avez.
    Que voulez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashton Benett

avatar

Masculin
Nombre de messages : 152
Age : 30
Who are you : Je suis eux, elle, lui ... & toi
Philosophie : L'amour est une catastrophe magnifique : savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 13/01/2008

Feuille de personnage
Pouvoir: //
Maitrise des pouvoirs:
0/100  (0/100)
Agilité au Combat:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Dim 3 Fév - 22:47

    - Même si vous étiez ma dernière chance de rester en vie je vous tuerai.

    Avec une amertume et une sobriété contenues et mélangées, Ashton avait répliqué aussi sec et aussi vite. Il n’avait pas à craindre les émotions qui pouvaient affaiblir un homme en temps normal, car le meurtre était réellement devenu quelque chose de facile voire de banal pour lui. Voir la mort ne représentait plus rien à ses yeux parce qu’il ne pouvait plus que se contenter de croire qu’il pouvait être atteint d’une façon ou d’une autre. Braquer son canon sur elle ne lui faisait aucun autre effet que celui d’un total et écrasant néant, signe qu’il ne ressentait ni culpabilité, ni regret et qu’il se contentait d’exécuter les mots et les actions qu’il s’était lui-même assigné.

    Elle lui débita une série de mots qui n’avait pas toujours une nette cohérence mais il ne laissa pas voir son impatience. Elle tournait irrémédiablement en rond, et ce n’était pas ce qu’il cherchait. Elle pouvait pleurer, crier, implorer même si cela lui faisait plaisir, Ashton cherchait seulement à sonder le fond de ses convictions pour mieux la cerner et ensuite l’approcher. Le fruit de la menace ne fut pas assez suffisant pour qu’il en soit satisfait. Bien au contraire, une nette déception assez factice vint se dépeindre lentement sur son visage. Décidemment, il savait exactement pourquoi il se trouvait toujours seul, tant pour sauver sa vie que pour défendre sa cause.

    Il posa un instant le silence, car il n’avait aucune envie de répondre et pourtant, l’entendre geindre et se plaindre encore ne l’attirait guère plus que cela. Ashton aurait pu mettre fin à ses souffrances sur le champ, pas littéralement, car il n’avait jamais eu pour projet de la tuer, elle faisait partie du même « camp » que lui, mais il aurait pu mettre immédiatement fin au petit jeu qu’il jouait pour jauger la conviction de cette femme. Loin d’avoir réussi à convaincre Ashton de la fermeté de sa foi en la phrase « des plaies pour nous », il fut bien résolu à se dire qu’il valait mieux être seul que très mal accompagné. En l’occurrence, il savait exactement pourquoi.

    Il fit un nouveau pas vers elle, et abaissa son arme. Un sourire aurait pu naître mais il n’en fut que plus neutre. Il rangea son arme, la coinça de nouveau au creux de ses reins, et il s’approcha suffisamment près d’elle pour pouvoir lui murmurer chacun des mots qu’il avait à l’esprit. Sur le coup, Ashton savait qu’il n’aurait pas dû aller si loin, mais il ne voulait pas le regretter pour autant. Il chuchota quelques mots, après lesquels, il tourna les talons pour enfin quitter cet endroit qu’il détestait tant :

    - Ce qui est une plaie pour moi ce sont les gens comme vous qui prône silencieusement leurs convictions en paradant avec leur savoir dans une main et leur vanité dans l'autre mais qui face à une arme ne font plus deux mètres sans ramper.

_________________
    C'EST PARCE QU'IL Y A UN VRAI DANGER,
    DE VRAIS ECHECS, UNE VRAIE DAMNATION TERRESTRE,
    QUE LES MOTS DE VICTOIRE, DE SAGESSE OU DE JOIE ONT UN SENS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Teresa Garcia

avatar

Féminin
Nombre de messages : 73
Age : 38
Who are you : Researcher determined
Philosophie : Persons with powers are the degeneration of our civilization.
Love : Personne, coeur à prendre
Santé :
100 / 100100 / 100

Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
Pouvoir: Aucun
Maitrise des pouvoirs:
0/0  (0/0)
Agilité au Combat:
35/100  (35/100)

MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   Lun 4 Fév - 1:27

    Teresa écouta son patient qui montrait encore une fois à quel point il était désagréable. Elle a été ravie de savoir qu'il la considérait comme une "plaie". Mais là, où elle était plus en désaccord avec les dires de ce dernier, c'était que contrairement à ce qu'elle avait entendu, elle gardait ses convictions, y compris devant le danger. Elle n'avait pas changé de discours lorsqu'elle a été menacée ; et elle n'avait aucune certitude si elle était en face de quelqu'un ayant des pouvoirs ou non.
    Toutefois la chercheuse fut rassurée lorsqu'elle vit que le jeune homme rangea son arme. Dans le fond, elle comprit qu'il ne voulait pas lui faire de mal. Elle constata aussi, si ce qu'elle pensait, était exacte,à à savoir que les deux jeunes gens détestaient les mutants, ils n'avaient pas la même manière de les comment combattre.

    Teresa n'aimait pas la violence. Bien qu'elle n'aimait ceux qui avaient des pouvoirs, elle ne voulait pas forcément les tuer. Elle préférait les soigner ; et en attendant de trouver un remède, les enfermer pour protéger la société. Les tuer, ce n'est que la dernière solution. Elle craignait également que lorsque la science aura enfin trouvé un remède, les mutants refuseront de le prendre, et là il faudra les y obliger. Ce que souhaite avant tout la chercheuse, c'est la disparition du gêne du pouvoir, donc la fin de la contamination des êtres humains.

    Ces thèses, la chercheuse les défend et les défendra, y compris devant ceux qui ne partagent pas son opinion. Est-elle prête à mourir pour ces idées ? En tout cas, elle essaiera de s'en sortir vivante, par les moyens qu'elle trouvera sur le moment. Mais ensuite, elle n'hésitera pas à continuer son projet. Jamais, elle renoncera à ces idées.

    Le sentiment de la chercheuse était donc que les deux personnages n'aimaient certes pas les mêmes personnes, mais n'avaient pas la même démarche pour les combattre. Peut-être que leurs chemins se recroiseront dans l'avenir. La chercheuse ne l'espérait pas. Elle trouva Ashton, bien prétentieux et trop sûr de lui. Elle se dit qu'un jour ou l'autre, il mourra, sauf s'il se civilise quelque peu, ce dont elle doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un blessé très particulier [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un blessé très particulier [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rob Pearl, un nain très particulier ...
» [2300] Le signe particulier de Romarik
» [RECH] Transporteur ou particulier avec fourgon
» Un très vieux grimoire (Background d'Aeris)
» Fabrice gravement blessé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In The End :: Hors Jeu :: Archives-
Sauter vers: